Roanne : disparition d'une ado, la piste du djihad évoquée

  • A
  • A
Roanne : disparition d'une ado, la piste du djihad évoquée
@ capture d'écran
Partagez sur :

Inés, 15 ans, a été vue pour la dernière fois le 24 mars dernier en gare de Lyon. Adepte d'une pratique plus rigoureuse de l'islam depuis janvier, il est possible, selon la police, qu'elle soit partie pour le djihad.

Depuis 12 jours, sa famille n'a plus de nouvelles d'elle. Inès, 15 ans, originaire de Roanne dans la Loire, a quitté le domicile familial le 24 mars dernier sans donner d'explication et n'est pas réapparue depuis. Sa mère, qui a lancé un appel sur les réseaux sociaux, craint un départ pour le djihad car Inès, musulmane, avait montré des signes de rigorisme dans sa pratique depuis deux mois. Une enquête pour "disparition inquiétante" a été ouverte mais les recherches n'ont pour l'instant rien donné. 

Prières et port du voile. La jeune fille s'était déjà rapprochée de la religion une première fois il y a deux ans, sans suite. En janvier dernier, elle s'est de nouveau tournée vers une pratique plus rigoureuse de l'islam en portant de nouveau le voile et en effectuant ses prières. Elle fait par ailleurs l'acquisition d'une dizaine de livres portant sur la religion. 

Vue pour la dernière fois gare de Lyon. Un comportement qui dénote avec celui du reste de la famille peu pratiquante et qui a une vision très modérée de l'islam. L'adolescente s'éloigne aussi peu à peu de sa mère jusqu'à quitter la maison parentale. Elle a été vue pour la dernière fois le 24 mars dernier en gare de Lyon à Paris. Depuis, les siens n'ont plus eu de nouvelles et son téléphone  reste éteint.

"Une coupure" entre Inès et sa mère. Sa mère, Alexandra, par ailleurs en charge de deux autres enfants de 5 et 8 ans, a prévenu la police. Cette dernière "part un petit peu sur la probabilité du djihad mais cela reste des suppositions", tempère-t-elle au micro d'Europe 1. Les enquêteurs ont trouvé "des choses sur le Facebook d'Inès qui font dire que c'est possible" et lors d'une perquisition au domicile familial, "ils ont trouvé des livres de religion", rapporte la mère de famille qui a vécu "une coupure" avec sa fille. "Je courais un peu de partout, j'étais seule à élever mes enfants, je suis un peu dépitée, je frappe à toutes les portes voir ce que je peux trouver", a-t-elle ajouté. 

>> LIRE AUSSI - Lutte contre le djihad : ce qui est possible et ce qui ne l'est pas

>> LIRE AUSSI - Elle s'est fait passer pour une candidate au djihad et raconte