Rixe à Sevran : le jeune blessé est mort

  • A
  • A
Rixe à Sevran : le jeune blessé est mort
Le jeune homme de 18 ans a été battu à coups de barre de fer et blessé par balles ce week-end à Sevran.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le jeune homme battu à coups de barre de fer et blessé par balles ce week-end est mort la nuit dernière.

L'info. La guerre des bandes qui sévit à Sevran, en Seine-Saint-Denis, a encore fait une victime ce week-end. Un jeune homme de 18 ans, grièvement blessé lors d'une rixe qui s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche, est mort dans la nuit de dimanche à lundi. Il avait été battu à coups de barre de fer et blessé par balles. Une enquête a été ouverte et confiée à la PJ de Seine-Saint-Denis.

Rixe entre bandes. Les échauffourées ont éclaté vers 01 heure du matin, en pleine rue, en marge d'un concert de rap. Plusieurs dizaines de personnes se sont affrontées dans une rixe, qui a opposé des jeunes de la cité des Beaudottes à un groupe du quartier Rougemont. Ce sont des voisins, alertés par le bruit et des détonations, qui ont prévenu la police.

Victime dans le coma. Mais lorsque les fonctionnaires sont arrivés sur place, une cinquantaine de personnes ont pris la fuite, laissant la victime au sol, inconsciente, selon la préfecture. Quatre balles percutées de 9 mm, trois étuis de 9 mm et un aérosol à gaz ont été découverts sur les lieux de la rixe. Le jeune homme, originaire du quartier Rougemont et connu des services de police, a été transporté à l'hôpital Beaujon de Clichy-la-Garenne.

"Des projectiles de flash-ball". La victime a été touchée de plusieurs balles dans le ventre et a reçu des coups de barre de fer au niveau du visage. Selon les informations du Parisien, les impacts au ventre "s’apparentent à des projectiles de flash-ball". "Il a été opéré ce matin à l'hôpital", a précisé le maire EELV de Sevran, Stéphane Gatignon, qualifiant son état de "grave".

"C'est comme une cocotte-minute". D'après Stéphane Gatignon, cette rixe est survenue dans un contexte de fortes tensions, depuis plusieurs mois, entre les jeunes des quartiers des Beaudottes et de Rougemont. "On est sur un affrontement entre bandes rivales, il ne s'agit pas d'un règlement de comptes", a souligné l'élu. "Ça chauffe depuis des mois, c'est comme une cocotte-minute. Hier, ça a pris une tournure tragique", a souligné le maire.