Rennes : "on ne comprend pas"

  • A
  • A
Rennes : "on ne comprend pas"
@ Max PPP
Partagez sur :

Les proches de l'ado soupçonné d'avoir causé la mort d'un de ses camarades sont sous le choc. 

Jamais ils ne l’auraient cru capable d’excès de violence. Les proches de l'adolescent de 16 ans, soupçonné d'avoir causé la mort de l'un de ses camarades dans un collège de Rennes, sont sous le choc. Le collégien, fils de réfugiés politiques tchétchènes arrivé il y a deux ans en France, a été mis en examen dimanche pour "homicide volontaire" et incarcéré.

"Il était extrêmement respectueux"

L'autopsie pratiquée samedi sur la victime a montré que Killian, 13 ans, avait succombé des suites d'une strangulation.

Au sein de la communauté tchétchène, un sentiment d’incompréhension prime. "On ne comprend pas comment une telle chose a pu se passer avec ce gars-là. Il était extrêmement respectueux envers nous, surtout envers les plus petits. Dans notre tradition, être respectueux envers les plus âgés et les plus petits, c’est très important. Nous on l’a connu comme ça, donc c’est vraiment une surprise", a assuré ce proche du suspect au micro d’Europe 1.

Elle pensait plus à Killian

Le jeune garçon, en classe de 3e , est aujourd’hui "effondré", a confié son avocat, Me Mikael Goubin. Après avoir passé tout le dimanche après-midi dans le bureau du juge, le suspect a pris pleinement la mesure de ses actes.

"Lui comme sa mère ont beaucoup de pensées pour la victime et ses parents. Il est conscient de la vie qui a été enlevée à cause de son geste. Sa mère m’a confié en pleurant qu’elle pensait plus à Killian qu’à son fils ses derniers jours", a affirmé l’avocat au micro d’Europe 1, qui précise néanmoins qu’il contestera la qualification d'homicide volontaire. "En l'état des éléments qui figurent au dossier, on ne peut retrouver la moindre trace d'intention de tuer", a-t-il ajouté.

Au collège, les cours doivent reprendre à 8h30 lundi matin en présence de psychologues. Tout le week-end, des fleurs et des petits mots ont été accrochés sur la grille de l’établissement en mémoire de Killian.