Règlement de comptes à Villiers-le-Bel : trois blessés

  • A
  • A
Règlement de comptes à Villiers-le-Bel : trois blessés
@ Capture Google Map
Partagez sur :

Quatre balles ont été tirées lors de ce règlement de comptes qui s'est déroulé près de la mosquée.

Un règlement de comptes s'est déroulé à quelques mètres d'une mosquée de Villiers-le-Bel, dans le Val-d'Oise. Trois personnes ont été blessées, dont deux grièvement, alors qu'elles sortaient de la prière du vendredi après-midi. Les coups de feu ont d'ailleurs suscité un bref  mouvement de panique aux abords de la mosquée.

Le pronostic vital d'un jeune engagé. Vers 14h10, alors qu'un père de famille circulait en voiture avec ses deux fils à bord, quatre coups de feu éclatent près de la mosquée de Villiers-le-Bel, indique Le Parisien. Le père de famille et ses deux fils âgés d'une vingtaine d'années sont alors blessés. Ils "venaient d'assister à la prière et regagnaient leur véhicule" lorsqu'ils ont été touchés, abonde une source proche de l'enquête. Les deux jeunes hommes ont été gravement touchés et hospitalisés dans la région parisienne, l'un étant transporté au centre hospitalier de Gonesse et l'autre, dont le pronostic vital est engagé, à l'hôpital Beaujon de Clichy, selon le parquet. La troisième victime, plus âgée, n'a été que légèrement blessée par des éclats de verre.

"Attention à la sécurisation des victimes". Les trois victimes sont défavorablement connues des services de police selon le préfet de police. Les enquêteurs ne privilégient dans l'immédiat aucune piste, l'affaire restant "assez nébuleuse" au premier abord, a précisé le parquet. "On va faire attention à la sécurisation des deux blessés hospitalisés", a ajouté le préfet, assurant que la situation était "très calme" dans le quartier. "Il n'y a pas de tension", a-t-il rassuré.

Des coups de feu pas lié avec la mosquée. Selon les premiers éléments de l'enquête, quatre balles "de gros calibre" ont été tirées, et "aucun tir n'a visé la mosquée". D'après les informations d'Europe 1, il s'agit d'un règlement de comptes entre délinquants qui n'a aucune connotation religieuse. Selon le préfet du Val-d'Oise, Jean-Luc Nevache, "c'est manifestement un règlement de comptes" et "la proximité avec la mosquée n'a à l'évidence aucun lien avec les faits". "Il ne s'agit pas d'un acte islamophobe", a confirmé une source policière.