Réfugiés venus d'Allemagne : 1 sur 10 est déjà reparti

  • A
  • A
Réfugiés venus d'Allemagne : 1 sur 10 est déjà reparti
@ AFP
Partagez sur :

Ils ont été accueillis il y a deux semaines pour décharger l'Allemagne confrontée à une situation d'urgence. Nombre d'entre eux ont déjà repris la route.

Il y a deux semaines, les premiers réfugiés syriens et irakiens venus d'Allemagne étaient accueillis sur le sol français. Face à une Allemagne débordée, François Hollande avait promis d'en accueillir 1.000. Europe 1 a voulu savoir ce qu'ils devenaient. Si la plupart sont en pleine démarche pour obtenir l'asile, d'autres, en nombre, ont quitté le territoire.

Un réfugié sur 10 a disparu. Selon les chiffres obtenus par Europe 1 jeudi hier soir auprès de de la préfecture d'Ile-de-France, 526 réfugiés sont arrivés en région parisienne en urgence il y a 15 jours. Et une cinquantaine s'est depuis évaporées dans la nature, soit un rapport de 1 sur 10. Parfois cette proportion est plus importante. Comme dans cet ancien monastère des Yvelines, en bordure de la forêt de Rambouillet. Sur place, 78 Syriens et Irakiens sont hébergés. Officiellement, 17 d'entre eux ont déjà disparu mais le chiffre réel est peut-être plus important.

"Tout le monde cherche à savoir quel est le meilleur pays". Omar, un jeune étudiant irakien, les a vus s'en aller. "Mettez-vous à notre place : c'est difficile de faire le bon choix et de savoir où aller. Parce que dans chaque pays il y a des choses positives mais aussi des points négatifs", explique-t-il au micro d'Europe 1. "Croyez-moi, chacun demande à ses amis comment est la situation dans les différents pays. Et ensuite, on compare", raconte-t-il. "Même moi, un ami qui se trouve en Suède m'a appelé pour savoir comment ça se passait pour moi. Tout le monde cherche à savoir quel est le meilleur pays", assure-t-il.

Où partent ces réfugiés ? L'eldorado, aujourd'hui, pour les réfugiés, c'est l'Allemagne. Il y a plus de travail qu'en France et moins de contraintes administratives pour obtenir des papiers. Cela explique également pourquoi les Syriens et les Irakiens ne se sont pas précipités pour venir en France et aussi , pourquoi les réfugiés décident parfois de repartir outre-Rhin.