Réclusion criminelle à perpétuité et rétention de sûreté requises contre Meilhon

  • A
  • A
Réclusion criminelle à perpétuité et rétention de sûreté requises contre Meilhon
@ AFP
Partagez sur :

La réclusion criminelle à perpétuité et la rétention de sûreté ont été requises à l'encontre de Tony Meilhon, lundi matin. L'accusé est jugé en appel pour le meurtre de Lætitia Perrais en janvier 2011.

C'est la peine maximale prévue par le code pénal. La réclusion criminelle à perpétuité, dont 22 années incompressibles, et la rétention de sûreté ont été requises par l'avocat général, lundi matin, au dernier jour du procès en appel de Tony Meilhon, jugé pour le meurtre et le démembrement de Lætitia Perrais, en janvier 2011. L'accusé, qui comparaît depuis le 13 octobre devant la cour d'appel de Rennes, sera fixé sur son sort lundi soir.

"A crime exceptionnel, message exceptionnel". Les réquisitions de l'avocat général ont été identiques à la peine prononcée en juin 2013, lors du premier procès. "C'est un crime des plus exceptionnels, à crime exceptionnel on doit répondre par un message exceptionnel", a estimé Stéphane Cantero en conclusion de son réquisitoire, qui a duré plus d'une heure.

Condamné à la peine maximale en première instance. Lors de son procès en première instance, Tony Meilhon avait été condamné par la cour d'assises de Loire-Atlantique à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans, mais aussi à une éventuelle rétention de sûreté s'il était encore jugé dangereux à l'issue de sa peine et présentait des risques élevés de récidive. C'est cette dernière mesure qui avait conduit Tony Meilhon à faire appel, puisqu'il avait lui-même réclamé la perpétuité.

Pas de rétention de sûreté ? "Je ne prendrais pas ce risque". A ce sujet, l'avocat général a déclaré : "Ordonnez que la situation de Tony Meilhon soit réexaminée en vue d'une éventuelle rétention de sûreté. Même si le risque est infime, moi je ne prendrais pas ce risque là, je ne prendrais plus aucun risque avec M. Meilhon", a insisté Stéphane Cantero. "Vous êtes dangereux, Tony Meilhon, vous êtes dangereux : vous l'avez même prouvé à cette audience en promettant à un témoin qu'il allait payer, lui aussi", a-t-il souligné, balayant les hypothèses de possible amélioration de son état psychopathique évoquées par certains experts.

Poignardée, étranglée, découpée. Aujourd'hui âgé de 36 ans, Tony Meilhon, délinquant récidiviste, était en liberté conditionnelle au moment des faits. Serveuse de 18 ans dans un restaurant, Laëtitia Perrais avait été portée disparue le 20 janvier 2011. Elle avait été frappée, étranglée et avait subi 44 coups de couteau. Son corps démembré avait été retrouvé plusieurs semaines plus tard dans deux étangs de la région.