Qui est Fabien Clain, le Français ayant revendiqué au nom de l'EI les attentats à Paris ?

  • A
  • A
Qui est Fabien Clain, le Français ayant revendiqué au nom de l'EI les attentats à Paris ?
Le Français Fabien Clain a été identifié comme étant l'homme qui lit le texte de revendication des attaques à Paris, au nom de l'Etat islamique.@ AFP
Partagez sur :

La voix du djihadiste français, Fabien Clain, a été identifiée dans l'enregistrement revendiquant, au nom de l'Etat islamique, les attentats survenus à Paris vendredi soir. Qui est ce Français ?

C'est un proche de Mohamed Merah, bien connu des services de renseignements français. Mardi, des sources proches de l'enquête ont révélé que le texte de revendication par l'Etat islamique des attentats ayant frappé la capitale et le stade de France, vendredi soir, a été lu par l'islamiste radical Fabien Clain, dans un enregistrement diffusé sur internet.

En Syrie avec son frère, lui aussi radicalisé. Ce Français d'origine réunionnaise, proche de Mohamed Merah et de son frère Abdelkader, est ce que l'on pourrait appeler un vétéran toulousain des filières islamistes radicales françaises. Il aurait pris le chemin de la Syrie courant 2014, avec son frère Jean-Michel, lui aussi radicalisé, à l'issue de sa condamnation à cinq ans de prison, en juillet 2009.

"Des endroits choisis minutieusement". Après avoir longuement étudié l'enregistrement en français, diffusé samedi, au lendemain des attaques qui ont fait 129 morts, les services spécialisés ont conclu qu'il s'agissait bien de la voix de Fabien Clain. Dans ce texte, qui dure cinq minutes trente, le Français de 35 ans parle de "huit frères portant des ceintures d'explosifs et des fusils d'assaut ont pris pour cible des endroits choisis minutieusement à l'avance au cœur de la capitale française". Il évoque avec des mots très durs les victimes du Bataclan, des "centaines d'idolâtres dans une fête de perversité", ainsi que la France et l'Allemagne, "deux pays croisés". 

"L'émir blanc", leur guide spirituel. Fabien Clain et son frère Jean-Michel, originaires du quartier populaire du Mirail à Toulouse, sont des convertis, radicalisés au début des années 2000. Selon Libération, ces deux frères qui aspiraient à monter une véritable "PME djihadiste", sont apparus dès 2001 dans les rapports de surveillance des renseignements toulousains. Ils se sont ensuite rapprochés de la communauté islamiste d'Artigat, en Ariège, dirigée par un Français d'origine syrienne, Olivier Corel. Les frères Clain considèrent d'ailleurs ce sexagénaire surnommé "l'émir blanc" ou "le cheick blanc" comme un guide spirituel. C'est aussi au sein de cette communauté qu'ils feront connaissance avec le frère et le beau-frère de Mohamed Merah, dont ils resteront proches. 

"Omar", recruteur de combattants en Irak. Fabien Clain, qui se fait surnommer "Omar", a été considéré comme l'un des organisateurs d'une filière d'envoi de combattants islamistes en Irak, pour y combattre l'armée américaine. Pour cela, il a été en juillet 2009 condamné à cinq ans de prison.

Pendant sa détention, l'administration pénitentiaire a saisi l'un de ses courriers, adressé à Mohamed Merah, qu'il avait connu quelques années auparavant. Le Toulousain a tué trois militaires, puis trois enfants et un enseignant dans un collège juif de Toulouse en mars 2012 avant d'être abattu par la police.

Depuis la Syrie, il aurait commandité l'attentat avorté de Villejuif. A sa libération, Fabien Clain prend la direction de la Syrie, en compagnie de plusieurs membres de la mouvance islamiste radicale toulousaine, où il rejoint l'EI. De là, il reste en contact avec des aspirants-djihadistes en France. Selon Le Monde, il aurait été l'un des commanditaires de l'attaque avortée en avril contre une église à Villejuif, en région parisienne, menée par le jeune Algérien Sid Ahmed Ghlam.