Querelles de jeunes au Havre : un mineur condamné à 5 ans de prison

  • A
  • A
Querelles de jeunes au Havre : un mineur condamné à 5 ans de prison
Le drame s'est joué à l'occasion de querelles très violentes entre jeunes filles.@ AFP
Partagez sur :

Le mineur avait poignardé mortellement une jeune fille en prenant la défense de sa sœur, au cours de l'été 2014.

Un mineur qui avait poignardé mortellement une jeune fille au Havre, en Seine-Maritime, au cours de l'été 2014, en prenant la défense de sa soeur, a été condamné vendredi à 5 ans de prison, au cours d'un procès à huis clos. En août 2014, le drame s'est joué à l'occasion de querelles très violentes entre jeunes filles, aux abords d'un arrêt de tramway, auxquelles s'est mêlé le jeune meurtrier, Charlie, 15 ans, au moment des faits.

La scène filmée. Ces querelles opposent trois amies, dont Lucie, la victime, âgée de 18 ans, et Elodie, une jeune fille de leur âge, fragilisée par des problèmes de santé, qui va être défendue par son jeune frère. Une grande partie des scènes de violence a été filmée par des caméras de surveillance. Ne supportant pas que l'une des trois amies insulte sa soeur, l'adolescent va déclencher une première bagarre mais devra battre en retraite. La mère d'Elodie, qui habite près de l'arrêt de tramway, va intervenir, furieuse que sa fille soit une nouvelle fois prise à partie, alors qu'elle a failli être paralysée d'une jambe, à la suite d'un AVC. Elle prévient qu'elle va aller porter plainte. 

"Un coup droit devant". Malgré l'intervention de la mère, les trois jeunes filles s'en prennent à Elodie, et la frappent violemment au sol. Entretemps Charlie est revenu avec un couteau. Lucie, la plus véhémente, s'avance vers lui. "J'ai pris peur, j'ai donné un coup droit devant", a dit aux enquêteurs le jeune meurtrier, selon son avocat Hugues Vigier. Le coup de couteau porté au ventre sectionne l'artère iliaque et s'avère mortel. La jeune fille décédera à l'hôpital.

Une marche blanche. L'avocat des parties civiles, Me Richard Fiquet, n'a pas parlé à la presse à l'issue du procès. Lucie "était la princesse de la famille" avait-il dit récemment au journal Paris Normandie. Après avoir passé son baccalauréat, elle voulait être gendarme. Une marche blanche réunissant 300 personnes avait été organisée peu de temps après sa mort, dans les rues du Havre.