Que reproche-t-on à Gervais Martel ?

  • A
  • A
Que reproche-t-on à Gervais Martel ?
Gervais Martel affirme que l'administration fiscale était au courant de ce prêt.
Partagez sur :

ZOOM - Le président lensois a été mis en examen dans une affaire de prêt douteux.

Gervais Martel a été mis en examen mardi soir pour corruption privée et recel d’abus de biens sociaux. Le président du RC Lens a d’ores et déjà indiqué  qu’il "conteste absolument" cette décision. La mise en examen fait suite à une enquête sur un prêt douteux consenti à Gervais Martel. Europe1.fr  fait le point sur cette affaire.

Comment à débuté l'enquête ? C'est TRACFIN, la fameuse cellule de lutte anti-blanchiment, qui a lancé l'affaire. Des mouvements de fonds qui sont arrivés sur les comptes personnels de Gervais Martel ont été signalés au parquet d’Arras durant l’été 2011 comme douteux. Il y a eu au total trois versements : deux d’un montant d’un million d’euros et un de deux millions. Les chèques encaissés appartenaient à deux entreprises installées dans le nord de la France. Une enquête a alors été ouverte par la police judiciaire de Lille.

Qu'ont trouvé les enquêteurs ? A l’issue des investigations et d’une perquisition dans le bureau du président lensois, plusieurs éléments concrets ont été découverts. L’un d’eux est un engagement pris par le président de Gervais Martel d’accorder des travaux de rénovation du stade Bollaert de Lens à deux sociétés du bâtiment : Rabot Dutilleul et Ramery. L’autre élément découvert est un contrat de prêt consenti par ces deux sociétés à Gervais Martel.

Quel lien avec le RC Lens ? Selon le procureur, pour moitié, les fonds prêtés auraient été utilisés à des fins personnelles. Le président du RC Lens aurait tenté de conforter sa participation au capital de sa holding, GM finances qui détient le RC Lens. En clair, l’homme d’affaires aurait souhaiter racheter les obligations convertibles détenues par le Crédit Agricole Nord de France (soutien et créancier du club) afin de l’empêcher de devenir actionnaire majoritaire au sein du club lensois. Une volonté qu’il n’a pu éviter car le club a dû faire face à de nombreux problèmes financiers suite à sa seconde rétrogradation en Ligue 2.

Reste à savoir pourquoi les deux groupes de BTP n’ont pas récupéré leur argent puisque Gervais Martel n’a pas racheté ces obligations convertibles. Selon des sources proches du dossier, ce prêt aurait été accordé en contrepartie de ce fameux chantier envisagé au stade de Lens. Cet emprunt aurait été signé par Gervais Martel et sa femme. Cet accord sous seing privé aurait donc violé l’obligation d’offres de marchés publics requise dans ce cas. "C'est le prêt de deux entreprises à une personne privée, moi, ce qui est parfaitement possible même si ce n'est pas habituel", a déclaré Gervais Martel à l’issue de sa sortie du bureau du juge. "Le prêt a été déclaré aux administrations et notamment aux Impôts lorsqu'il a été effectué, a-t-il ajouté. On est donc d'une totale transparence".