Quatre arrestations après un braquage meurtrier

  • A
  • A
Quatre arrestations après un braquage meurtrier
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Ils sont suspectés d'avoir blessé mortellement l'employé d'un atelier d'or, à Paris, en décembre dernier.

Il avait tenté d'empêcher le braquage de l'atelier d'or où il travaillait et y avait laissé sa vie. Quatre hommes suspectés d'être impliqués dans le meurtre de l'employé d'une boutique de métaux précieux, en décembre 2012, ont été arrêtés mercredi par la brigade de répression du banditisme. Ils devraient être présentés à un juge dans l'après-midi en vue de leur mise en examen, selon les informations recueillies par Europe1.

>> A lire - Un mort après un braquage à Paris

Les malfaiteurs tendent un guet-apens à l'employé. Les faits incriminés remontent au 5 décembre 2012. Vers 7 heures du matin, alors qu'il ouvre le laboratoire de métaux précieux pour lequel il travail, l'employé tombe sur deux individus casqués qui tentent de s'introduire dans le magasin. Une bagarre éclate alors que l'employé refuse d'ouvrir la porte arrière de l'établissement. Ce dernier va même jusqu'à poursuivre les braqueurs qui partaient en courant.

Retrouvé agonisant sous le porche du magasin. C'est là que l'un d'entre eux a ouvert le feu sur l'employé, le blessant mortellement à la hanche. Le corps de la victime avait été retrouvé sous le porche intérieur du magasin "où plusieurs affaires avaient été renversées, laissant penser à une bagarre", selon une source proche du dossier. Malgré des soins intensifs, l'homme de 52 ans était mort sur place.

Un meurtre insupportable selon Valls. De leur côté, les braqueurs avaient réussi à prendre la fuite sans pouvoir s'emparer du butin. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris le 20 décembre 2012 pour tentative de vol avec arme et meurtre précédé d'un autre crime, en l'occurrence la tentative de vol. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, qui avait qualifié à l'époque ce meurtre "d'insupportable", doit se rendre dans les locaux de la BRB mercredi matin pour faire le point sur cette affaire.