Pyrénées-Orientales : mort d'une femme pompier volontaire dans un incendie

  • A
  • A
Pyrénées-Orientales : mort d'une femme pompier volontaire dans un incendie
Partagez sur :

VIDÉO - Elle luttait avec ses 200 collègues pompiers contre un violent incendie de maquis dans la région de Cerbère, dans les Pyrénées-Orientales.

Une femme pompier volontaire est morte alors qu'elle luttait contre un incendie dans les Pyrénées-Orientales, a annoncé vendredi matin un responsable des pompiers. En à peine quelques heures, plus de 150 hectares de maquis ont été détruits par ce violent incendie, qui s'est déclenché jeudi vers 21h45, dans la région de Cerbère, à la frontière de l'Espagne. Près de 200 pompiers sont mobilisés.

Un fils pompier. Nicole Villard, la maire de Boulou, s'est confiée au micro d'Europe 1 sur le profil de la victime. "Elle est mère de famille de trois enfants. Elle a un fils qui est pompier lui aussi. Le plus âgé à 22 ans, le plus jeune a 16 ans. Quand ça vous touche, comme ça, sur la commune, c'est un événement douloureux à vivre. Il va falloir redonner du courage à tout le monde et s'en donner à soi-même aussi", réagit-elle émue.

Les images de l'incendie qui a ravagé la forêt près de Cerbère :

"Elle n'a pas pu s'échapper". La victime est une femme pompier volontaire de 50 ans. Elle a été appelé en renfort dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 2 heures du matin, pour éteindre ce feu intervenant dans des conditions météos difficiles. En raison des vents violents et des fumées, les soldats du feu ont eu dû mal à travailler.

La victime a été piégée par un retour de flamme. "Les pompiers de Boulou sont venus sonner à ma porte pour m'annoncer la mauvaise nouvelle. Je sais qu'elle a été prise dans un retour de feu. Elle n'a pas pu s’échapper. Elle était pompier depuis longtemps", rapporte la maire de Boulou.

Des renforts appelés sur place. Quelque 190 pompiers ont lutté toute la nuit contre le sinistre. Vendredi, au lever du jour, ils devaient être portés à 240 soldats du feu au total, avec des renforts en provenance de l'Aude et de l'Hérault. Des moyens aériens devaient également être engagés, selon le Codis, précisant qu'aucune habitation n'a été touchée. Selon nos informations, vendredi matin, l'incendie progressait moins vite que durant la nuit.