Procès Neyret : les cadeaux suspects de l'ex-grand flic

  • A
  • A
Procès Neyret : les cadeaux suspects de l'ex-grand flic
@ Benoît Peyrucq pour AFP
Partagez sur :

L'ex-n°2 de la PJ lyonnaise comparaît pour corruption depuis une semaine. Lundi, il va devoir s'expliquer sur une série de cadeaux qu'il est soupçonné d'avoir reçu de ses indics.

Des fringues, des montres de luxe ou encore des séjours sous le soleil tous frais payés... Michel Neyret, ex-super flic qui comparaît pour "corruption et trafic d'influence passifs par personne dépositaire de l'autorité publique", va devoir s'expliquer lundi, devant le tribunal correctionnel de Paris, sur les fastueux cadeaux qu'il s'est laissé offrir de la part de ses "tontons". Si l'ex-n°2 de la PJ lyonnaise a reconnu à la barre, mardi dernier, "s'être laissé manipuler" par ses indics, il a toutefois nié avoir été rétribué par ces derniers en échange de faveurs ou d'informations…

Les voyages. Entre avril et septembre 2011, les époux Neyret voient du pays, gâtés notamment par celui que Nicole surnomme "le Père Noël", Gilles Bénichou, l'un des informateurs de l'ex-patron de l'antigang. De l'hôtel 5 étoiles "Les jardins de la Koutoubia" à Marrakech, en passant par Cannes ou Aix-les-Bains, le couple profite de palaces sans débourser un centime. Des séjours de rêve souvent passés en compagnie des indics, agrémentés des services de masseuses. Et durant lesquels le policier haut placé s'est parfois vu prêter des véhicules de luxe, comme une Rolls ou une Ferrari, pour se rendre au restaurant ou au casino. Fin septembre, juste avant son arrestation, Michel Neyret était d'ailleurs en voyage à Essaouira, au Maroc, au côté de Gilles Bénichou.

Les montres. Au cœur du dossier d'instruction également, deux montres de luxe. Un modèle "Pacha" de Cartier en or, d'une valeur estimée entre "30.000 et 35.000" euros. Aux enquêteurs de l'Inspection générale des services, Michel Neyret a expliqué que Gilles Bénichou lui avait offert cette montre par "pure amitié", et pour le remercier de lui avoir obtenu un rôle de figurant dans le film Les Lyonnais d'Olivier Marchal, ancien policier devenu réalisateur et ami de l'ex-grand flic. Une montre que Neyret a ensuite donné à son épouse. A l'occasion de l'un de ses anniversaires, il a également reçu une montre Chopard, vraisemblablement volée. Les indics ont aussi offert à plusieurs reprises des vêtements au commissaire, ainsi que des grands crus et des chèques cadeaux.

Le cash. "Depuis que tu lui donnes du fric, c'est plus le même. […]Mais arrêtez, mais arrêtez il est obnubilé par le fric, le fric, le fric", s'était plaint Nicole auprès de Gilles Bénichou, dans une conversation téléphonique enregistrée par les policiers. Si son mari l'a toujours contesté, il est suspecté d'avoir été "arrosé" régulièrement avec des enveloppes d'argent. Durant l'année 2011, le n°2 de la PJ lyonnaise n'a retiré que très peu d'espèces sur son compte, tout comme il n'a quasiment pas effectué de paiement par carte bancaire, ont constaté les enquêteurs. Il s'est défendu, expliquant avoir gagné des sommes importantes au casino et au PMU et avoir empoché 3.000 euros provenant de sa femme.

Jugé jusqu'au 24 mai prochain en compagnie de sept autres prévenus, dont son épouse Nicole, Michel Neyret encourt dix ans de prison et 7.5 millions d'euros d'amende.