Privée d'allocations, la maman d'une fillette trisomique se suicide

  • A
  • A
Privée d'allocations, la maman d'une fillette trisomique se suicide
@ AFP
Partagez sur :

Sans RSA ni APL, Emilie n'avait plus que l'allocation enfant handicapé belge pour vivre. La jeune maman d'Armentières, dans le Nord, s'est suicidée.

Sa situation était inextricable, rapporte La Voix du Nord. Mère de deux enfants de 8 et 6 ans, dont une petite fille trisomique, Emilie, résidente d'Armentières, dans le Nord, vivait avec le montant de l'allocation enfant handicapé belge, soit 398 euros par mois. Elle ne touchait aucune allocation en France et avait confié au journal "être à bout" et ne plus savoir "comment s'en sortir", il y a quelques semaines. Dimanche, la jeune maman s'est suicidée. 

Pas de pension alimentaire. Pourquoi la jeune femme ne touchait-elle pas d'Allocations logement (APL), ou le Revenu de solidarité active (RSA) ? Interrogée par La Voix du Nord, la caisse d'allocations familiales (CAF) répond que les allocations belges, perçues car le père des enfants vit et réside dans ce pays, privent du droit aux allocations françaises. L'organisme aurait recommandé à la mère de famille de réclamer une pension alimentaire à son ancien conjoint, dont elle était séparée. La scolarisation de sa fille en Belgique obligeait Emilie à de nombreux aller-retours, l'empêchant de trouver du travail. 

Interrogés par La Voix du Nord, les services de la CAF n'avaient pas connaissance du décès de la jeune femme.