Pour effacer les traces d’un crime, il met le feu à l’appartement… et provoque la mort de la meurtrière

  • A
  • A
Pour effacer les traces d’un crime, il met le feu à l’appartement…  et provoque la mort de la meurtrière
@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Une double affaire criminelle a été résolue par la PJ parisienne.

INFO EUROPE 1

La PJ parisienne a résolu une drôle d'affaire. Après avoir arrêté un incendiaire à la mi-août, les policiers vont découvrir que cet individu avait été engagé comme "nettoyeur". Sa mission : effacer les traces d'un meurtre commis le 2 août dans un appartement du 15e arrondissement de Paris, par une prostituée espagnole. Sauf que rien ne s'est passé comme prévu. En mettant le feu à l'appartement pour "nettoyer" la scène de crime, cet homme a tué l'auteure présumée du meurtre, selon les informations recueillies par Europe 1.

Des "nettoyeurs" pour effacer des traces de crime. En effet, la veille de l'incendie, cette prostituée espagnole avait tué de plusieurs coups de couteaux une autre prostituée de nationalité colombienne. Elle a demandé à un de ses amis, présents sur les lieux ou à proximité ce jour-là, de l'aider à se débarrasser du corps. C'est lui qui a alors pris contact avec une équipe de "nettoyage."

Il a fait appel à des copains de quartier : une demi-douzaine de petits voyous, âgés, comme lui, d’une vingtaine d’années. Ils sont venus chercher le cadavre en pleine nuit et l’ont enfoui non loin de chez eux, dans la cave d’un immeuble insalubre du 17e arrondissement de Paris.

Un incendie volontaire, mais involontairement criminel. Le "nettoyeur", lui, est revenu le lendemain pour mettre le feu à l'appartement. Mais cet homme, pourtant déjà connu de la justice pour des faits similaires et qui se vantait, selon son entourage, d'être un expert dans les incendies, a commis une erreur grossière en versant trop d'essence. L'accumulation de vapeurs d'essence a provoqué l'explosion fatale à la prostituée espagnole qui se trouvait à ses côtés.  

L'auteur de l'incendie a lui-même été grièvement brûlé aux bras et aux jambes. Il a été arrêté quelques jours plus tard dans un hôtel parisien. Après être resté mutique en garde à vue, il a été mis en examen pour "destruction par des moyens dangereux ayant entraîné la mort" et placé en détention provisoire.

Sept suspects interpellés. Après trois mois d'enquête, les policiers du 3e DPJ (district de police judiciaire) ont identifié les complices venus chercher le corps de la prostituée espagnole. Tous ont été arrêtés lundi matin à Paris et à Marseille. Six des sept suspects interpellés lundi devaient être présentés mercredi soir au juge d’instruction en charge de cette enquête pour "assassinats et recel de cadavre".