Policiers roués de coups à Bobigny : trois jeunes hommes déférés

  • A
  • A
Policiers roués de coups à Bobigny : trois jeunes hommes déférés
Les trois policiers, roués de coups, ont reçu entre dix et quinze jours d'ITT.@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Trois policiers ont été violemment agressés vendredi soir par une bande de jeunes gens alors qu'ils tentaient de procéder à des contrôles d'identité.

Trois jeunes majeurs soupçonnés d'avoir roué de coups trois policiers vendredi à Bobigny ont été déférés dimanche soir pour êtres présentés à un juge, a-t-on appris auprès du parquet. Le ministre de l'Intérieur a dénoncé une attaque commise pour "se faire du policier".

Des contrôles d'identités qui ont mal tourné. Trois policiers avaient été violemment agressés vendredi vers 20h après avoir tenté de procéder à des contrôles d'identité dans un hall d'immeuble. Dix jeunes âgés de 16 à 21 ans avaient été interpellés. Au terme de 48 heure de garde à vue, sept d'entre eux ont été relâchés. "Les auditions des policiers n'ont pas permis de déterminer de charges suffisantes à leur égard", a expliqué une source proche de l'enquête. Une information judiciaire devrait être ouverte lundi pour violences sur des personnes dépositaires de l'ordre public, a ajouté cette source.

Entre 10 et 15 jours d'ITT. Une policière a été gravement blessée au niveau de l’œil. Dix jours d'incapacité totale de travail (ITT) lui ont été prescrits, dans l'attente d'examens complémentaires. Les deux autres fonctionnaires, blessés à la jambe et au visage, ont eu 15 et 10 jours d'ITT. "Je demande (...) à ce qu'il puisse y avoir les sanctions les plus lourdes pour ceux qui ont montré dans cette affaire qu'ils ne voulaient pas simplement s'échapper (...) mais se faire du policier", a déclaré dimanche le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux lors du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro.

"Un acharnement". Le ministre s'est rendu à Bobigny dimanche matin et a également rencontré la jeune fonctionnaire blessée, qui a décrit "un acharnement sur les policiers qui étaient à terre", a-t-il expliqué. "Il y a eu un premier contrôle d'identité avec appel de renforts en bas d'une cité, à l'extérieur. Quand il y a eu présomption qu'il y avait un trafic et notamment de stupéfiants, les policiers ont voulu rentrer dans l'immeuble : à ce moment-là, le comportement de ces jeunes qui étaient jusque là, calmes, a totalement changé", a relaté le ministre. Il a fait le rapprochement avec l'agression commise début octobre contre quatre policiers à Viry-Châtillon, une attaque aux cocktails Molotov qui avait été cet automne le déclencheur d'un mouvement de grogne inédit parmi les policiers de base.