Policier tué dans une course poursuite : un suspect mis en examen

  • A
  • A
Policier tué dans une course poursuite : un suspect mis en examen
@ Capture d'écran Google Streetview
Partagez sur :

Âgé de 27 ans, il est soupçonné d'être le conducteur impliqué dans la course poursuite qui a couté la vie a un agent municipal à Vénissieux mercredi dernier.

Un homme de 27 ans, soupçonné d'être le conducteur impliqué dans la course poursuite qui avait accidentellement coûté la vie à un policier municipal de Vénissieux, dans le Rhône, la semaine dernière, a été mis en examen mardi pour "homicide involontaire aggravé", selon Lyon Capitale.

Collision fatale avec un bus. Dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, un policier municipal de Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, avait trouvé la mort lors d'une course poursuite avec une voiture volée au cours de laquelle son véhicule de service avait percuté un bus. Un autre policier municipal, passager du véhicule, avait été gravement blessé au cours cet accident. Le drame s'était produit peu avant minuit à Saint-Priest, dans la proche banlieue lyonnaise, alors que les policiers avaient pris en chasse une voiture après avoir constaté "plusieurs infractions au code de la route".

>> LIRE AUSSI - Vénissieux : un policier tué lors d'une course-poursuite

Le suspect s'est rendu, à Auxerre. Le véhicule pourchassé a été retrouvé abandonné après que son conducteur eut pris la fuite. Il avait été volé en juillet 2013 et était muni de fausses plaques.  Selon le maire de Vénissieux, le véhicule du fuyard pris en chasse aurait cogné "quelque chose" sur la chaussée, probablement le terre-plein central, et sous le choc, se serait déporté pour heurter la voiture de police, qui a été "renvoyée" sur un bus arrivant en sens inverse.

Le suspect, déjà connu de la justice pour des défauts d'assurance et des infractions routières, s'était constitué prisonnier dimanche à Auxerre où il s'était réfugié dans sa famille, puis avait été placé en garde à vue et rapatrié à Lyon.

Visés pour plusieurs faits. Le ministère public a ouvert une information judiciaire pour plusieurs chefs, dont "homicide involontaire" aggravé par un "délit de fuite", et une "violation des obligations de sécurité", mais aussi "non assistance à personne en danger" et "blessures involontaires", l'accident ayant blessé l'autre policier municipal qui s'est vu notifier 21 jours d'ITT. Il est aussi visé par des accusations de "refus d'obtempérer" et "escroquerie". Le parquet a également requis son placement en détention.

Une marche silencieuse en hommage au policier décédé et en soutien à son collègue blessé est prévue mercredi à partir de 14 heures à Vénissieux.