Policier et compagne tués : "toute la lumière sera faite", réunion mardi à 7H45 à l'Elysée

  • A
  • A
Policier et compagne tués : "toute la lumière sera faite", réunion mardi à 7H45 à l'Elysée
François Hollande et Bernard Cazeneuve. @ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur se rendra aussi mardi matin au commissariat de Mantes-la-Jolie où travaillait le couple abattu lundi soir.

"Toute la lumière sera faite" sur l'assassinat près de Paris d'un policier et de sa compagne et l'enquête déterminera "la nature exacte" de "ce drame abominable", a assuré dans la nuit de lundi à mardi le président de la République François Hollande.

Déplacement de Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, qui a exprimé "son infinie tristesse", "se rendra (mardi) matin aux commissariats des Mureaux et de Mantes-la-Jolie", dans les Yvelines et "le président de la République tiendra une réunion à 7h45 à l'Elysée", peut-on lire dans ce communiqué de la présidence.

La police "courageuse et professionnelle". "Un commandant de police et sa compagne, fonctionnaire du ministère de l'Intérieur, ont été lâchement assassinés ce soir à Magnanville dans les Yvelines", a déclaré François Hollande, qui "condamne avec force cet acte odieux". Le président de la République "exprime sa reconnaissance aux forces de police qui sont intervenues avec courage et professionnalisme" et "présente ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches des victimes et les assure de la solidarité de la Nation". "Toute la lumière sera faite sur les circonstances de ce drame abominable dont l'enquête, sous l'autorité de la justice, déterminera la nature exacte", promet François Hollande.

En lien avec l'EI ? L'enquête a été confiée à la sous-division antiterroriste de la police judiciaire, à la PJ de Versailles et à la direction générale de la sécurité intérieure, a annoncé le parquet de Paris. Selon une source policière, l'homme se serait revendiqué de l'organisation djihadiste État islamique durant les négociations avec le Raid, avant d'être abattu. Des témoins ont rapporté aux enquêteurs qu'il aurait crié "Allah Akbar" en attaquant le policier.