Piégée dans sa baignoire pendant une nuit

  • A
  • A
Piégée dans sa baignoire pendant une nuit
Une septuagénaire lyonnaise a été secourue par les pompiers après avoir été bloquée 17 heures dans sa baignoire.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une septuagénaire a été secourue par les pompiers après avoir été bloquée 17 heures.

Elle voulait juste prendre un bain pour se délasser, Yvonne a finalement passé 17 heures dans sa baignoire. Bloquée, la septuagénaire lyonnaise a appelé au secours et a dû attendre l'intervention des pompiers, rapporte Le Progrès. Elle assure que sans l'aide de sa voisine, elle serait morte.

Une baignoire trop petite et glissante

Cela faisait des années qu'Yvonne n'avait pas pris de bain. Mais vendredi dernier, ses douleurs sont trop fortes et elle décide de se délasser dans sa baignoire avec des huiles de soin. Au moment de sortir du bain, les choses se compliquent. La petite baignoire rose est très étroite et les huiles qu'Yvonne a versées dans l'eau la rendent très glissante. Yvonne s'agrippe à son panier à linge, tente même de basculer par dessus la baignoire. Rien n'y fait.

Pendant ce temps, la température monte dans la salle de bain : Yvonne a mis le chauffage au maximum. De sa baignoire, elle est trop loin pour l'arrêter. "Je me mettais des serviettes humides sur le front et je buvais", raconte-t-elle.

Du bruit pour alerter les voisins

La septuagénaire a alors l'idée de faire du bruit pour donner l'alerte. Tout l'après-midi, elle tape sur la tuyauterie avec le pommeau de douche. Mais Yvonne est une femme discrète, qui ne veut pas trop déranger ses voisins. Alors à minuit, elle arrête, pour les laisser dormir.

A cinq heures du matin, la température dans la salle de bain est insoutenable. Yvonne est prise de maux de tête et sent son rythme cardiaque s’accélérer. Elle rassemble ses dernières forces pour crier au secours. Par chance, sa voisine du dessous a le sommeil léger et l'entend. Elle appelle aussitôt les pompiers qui se rendent sur place en quelques minutes. Yvonne est finalement sortie de sa baignoire. "Sans [ma voisine], je serais à la morgue aujourd’hui", assure-t-elle.