Charlie Hebdo : "je voudrais qu’ils ne soient pas morts pour rien"

  • A
  • A
Charlie Hebdo : "je voudrais qu’ils ne soient pas morts pour rien"
@ Valery Hache/AFP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Philippe Val, ancien patron de Charlie Hebdo, rend hommage à ceux qu’il appelle sa "famille".

La voix tremble un peu, la gorge semble nouée. Philippe Val, ancien patron de Charlie Hebdo, a rendu hommage aux victimes de l’attaque meurtrière survenue mercredi dans les locaux de l’hebdomadaire à Paris. "C’est ma famille", confie à Europe 1 celui qui fut rédacteur en chef, puis directeur de la publication de "Charlie" de 1992 à 2009. 

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat de Charlie Hebdo

"Mon ami de 40 ans". "Ce sont les gens avec qui j’ai travaillé pendant des années, qui ont passé leur vie à essayer de faire plaisir aux gens en leur offrant de la liberté, de la réflexion", souligne Philippe Val, énumérant : "Cabu était l’homme le plus gentil du monde, c’était mon ami de 40 ans. Wolinski, tout ça, c’était des bienfaiteurs du public". Et d’ajouter : "ils ne défendaient que des belles choses, la liberté, le bonheur de vivre".



Philippe Val : "Je ne voudrais pas qu'ils...par Europe1fr

Pour Philippe Val, ses amis ont été "exterminés". "Il ne faut pas que le silence s’abatte sur nous, que la peur nous gagne". L’ancien patron de Charlie Hebdo voudrait "que ça serve à quelque chose, à une prise de conscience". "Je voudrais que tous les gens qui font le métier d’écrivain, de journaliste … tous les gens qui s’adressent aux autres, qui ont cette merveilleuse responsabilité, tout d’un coup, prennent conscience que cela ne peut plus durer, qu’il ne faut pas avoir peur", explique Philippe Val avant de conclure : "je voudrais qu’ils ne soient pas morts pour rien". 

>> LIRE AUSSI - Charlie Hebdo : les médias appelés à la rescousse