Perquisition chez deux policiers d'Ajaccio soupçonnés de travail dissimulé

  • A
  • A
Perquisition chez deux policiers d'Ajaccio soupçonnés de travail dissimulé
Cette enquête avait été ouverte après un signalement de la cellule Tracfin, qui avait repéré des flux financiers suspects pour le couple de policiers. @ direction générale de la police nationale
Partagez sur :

L'IGPN a perquisitionné le domicile et les bureaux d'un couple de policiers à la tête de plusieurs sociétés civiles immobilières de vente et revente d'immeubles dans la ville. 

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a perquisitionné jeudi le domicile et les bureaux professionnels d'un couple de policiers d'Ajaccio, soupçonné de travail dissimulé dans l'immobilier, a indiqué le Procureur de la République d'Ajaccio samedi.

Ce couple, formé du commissaire principal et numéro 2 de la Sécurité Intérieure d'Ajaccio et d'une capitaine de la Police Judiciaire, se trouve être à la tête de plusieurs sociétés civiles immobilières de vente et revente d'immeubles à Ajaccio, a précisé Éric Bouillard, confirmant l'information initiale du Parisien-Aujourd'hui en France. Ces perquisitions ont été menées dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte depuis le mois d'août contre les deux policiers, dont les entreprises travaillaient principalement avec un entrepreneur du secteur du BTP de la région d'Ajaccio.

Des flux financiers suspects repérés. Cette enquête avait été ouverte après un signalement de la cellule Tracfin, qui avait repéré des flux financiers suspects pour le couple de policiers, soupçonnés de "travail dissimulé" et de "blanchiment de travail dissimulé". Plusieurs des appartements gérés par les sociétés des deux suspects ont été revendus à d'autres policiers en poste à Ajaccio, a précisé le magistrat. Lors des perquisitions, plusieurs documents ont été saisis, que ce soit au domicile des policiers, dans leurs bureaux au commissariat, ou au sein de l'entreprise de BTP avec laquelle ils étaient en lien. Une phase de quelques semaines d'analyse financière va désormais s'ouvrir, a précisé le procureur. Ce n'est qu'ensuite que des auditions pourraient être programmées.