La disparition de 50 kg de cocaïne secoue le 36 Quai des Orfèvres

  • A
  • A
La disparition de 50 kg de cocaïne secoue le 36 Quai des Orfèvres
@ MAXPPP
Partagez sur :

LA DISPARITION - Les investigations entamées jeudi soir par l'IGPN au sein de la Brigade des stups, au siège de la PJ parisienne, se poursuivaient vendredi.

Quand des chiens policiers fouillent le 36 Quai des Orfèvres... Mystère et embarras secouent le mythique siège de la PJ parisienne depuis jeudi. Plus de 50 kilos de cocaïne ont disparu des scellés : du jamais vu. Jeudi, la police des polices a perquisitionné le bâtiment. 

Le 36 passé au crible. Les investigations des "bœuf-carottes" ont débuté sur les coups de 16 heures jeudi pour s'interrompre vers 3 heures du matin. Les chiens ont ainsi passé au crible l'ensemble du 36, des locaux de la Brigade criminelle et de la BRI (l'anti-gang) à ceux de la direction en passant par les voitures des fonctionnaires de tout grade, selon nos informations. Une dizaine de policiers ont été entendus dès jeudi soir et les investigations avaient repris dès le milieu de matinée vendredi. Les enquêteurs doivent désormais analyser les images des caméras de vidéosurveillance filmant les accès au bâtiment.

D’où venait la cocaïne ? La drogue provenait d'une saisie réalisée le 4 juillet dernier par la Brigade des stups, dans le cadre du démantèlement d’un trafic international. Une cargaison d’une valeur d’environ 2 millions d'euros. Dans ces cas-là, comme le veut la procédure, les pains de cocaïne sont placés sous scellés et entreposés dans une pièce spéciale au cœur du service, sécurisée, comme une sorte de chambre forte. Il s'agit de l'ancien musée des Stups, une petite salle sans fenêtre de 10 à 15 m² avec une porte blindée.

cocaine pretexte maxppp 930620 17.02

© MAXPPP

Une salle des scellés ultra-sécurisée. Pour y accéder, il faut passer par un bureau, où se trouvent deux fonctionnaires de police, et y remplir un registre en indiquant le scellé concerné ainsi que le motif de cette consultation. Reste ensuite à pénétrer dans la salle, accessible uniquement en journée et en semaine : seulement une poignée de responsables policiers ont accès à l'unique clef, elle-même conservée dans un coffre verrouillé. Une fois à l'intérieur, le policier ne peut y rester seul. En effet, il peut s'y trouver uniquement s'il est accompagné par un des responsables habilités à disposer du sésame. Seule carence, aucun système de vidéosurveillance ne filme l'accès et l'intérieur de la salle.

Qui a prévenu la police des polices ? Selon les informations recueillies par Europe 1, la drogue se trouvait encore dans la salle des scellés le 23 juillet. Les policiers peuvent d'ailleurs le prouver : ils ont pris les pains de cocaïne en photo pour les besoins d'une enquête parallèle.

C'est jeudi matin, alors que les policiers souhaitaient montrer leur prise à un stagiaire ayant suivi le dossier, qu'ils ont découvert que la cocaïne avait disparu. Aussitôt, le directeur de la PJ parisienne a alerté le procureur, qui a ouvert une enquête, confiée à la police des polices. D'où cette perquisition spectaculaire, dès jeudi soir.

illustration cocaine. 930620

© MAX PPP

Comment la drogue s’est-elle volatilisée ? L’affaire reste très embarrassante pour la PJ parisienne et deux hypothèses sont aujourd’hui envisageables.Soit quelqu'un d'extérieur à la police a réussi à subtiliser la drogue. Une piste qui paraît improbable et un tel tour de force serait une grande première. L’autre possibilité serait que la Brigade connaisse de graves dysfonctionnements internes. 51 kilos de cocaïne, cela représente deux grandes valises : cela ne peut se volatiliser ainsi. Les fonctionnaires parisiens se seraient en tout cas bien passés de cette nouvelle affaire.

Pourquoi était-elle encore stockée ? C'est un problème dont les policiers se plaignent depuis longtemps : ils n'ont pas le droit de détruire la drogue juste après la saisie. Les enquêteurs sont obligés de la conserver sous scellés, le temps de faire des prélèvements pour le labo et le temps que les magistrats en ordonnent la destruction. Une situation qui crée de gros problèmes de gestion, surtout quand de telles quantités de drogue restent parfois pendant des mois dans les services. Les policiers ne savent même plus où les stocker, au risque de créer des soucis de sécurité ou de susciter des tentations.