Pepy-Anglade : l’acteur maintient sa version, qui sera "prise en compte"

  • A
  • A
Pepy-Anglade : l’acteur maintient sa version, qui sera "prise en compte"
@ AFP
Partagez sur :

Après sa rencontre dimanche les dirigeants de Thalys et de la SNCF, l’acteur maintient sa version accusant le personnel du train d’avoir abandonné les voyageurs. Un témoignage qui sera "pris en compte" par l'enquête interne des deux sociétés.

Après les propos polémiques de Jean-Hugues Anglade, l’acteur a été reçu dimanche avec sa compagne par Agnès Ogier, la directrice générale de Thalys, et Guillaume Pepy, président de la SNCF. Il a maintenu sa version accusant des membres du personnel du train d'avoir abandonné les passagers lors de l’attaque à main armée qui aurait pu virer au carnage, vendredi soir, si l'assaillant n'avait pas été maîtrisé par des voyageurs. Le témoignage de l'acteur sera "pris en compte" dans l'enquête interne, a annoncé une déclaration conjointe signée par lui-même et sa compagne, ainsi qu'Agnès Ogier et Guillaume Pepy. Dans ce communiqué chacun des acteurs reste sur sa position, mais atténue toutefois celle-ci sur certains points. 

Anglade maintient sa version. Le texte commun rappelle d’abord l'accusation de l'acteur. Jean-Hugues Anglade, accompagné par sa compagne et ses deux enfants, était dans la voiture 11 du Thalys 9364 lorsque le tireur présumé, Ayoub El Khazzani, est monté à bord du train lourdement armé. Samedi, celui qui incarne le flic Eddy Caplan, dans la série Braquo, avait déclaré à Europe 1 : "C’est indigne de la part d’un personnel qui est censé vous protéger", pointant l’abandon dont les passagers auraient été l’objet.

Jean-Hugues Anglade et sa concubine "ont regretté que le personnel de restauration présent dans cette voiture ne les ait pas alertés des tirs en cours dans la voiture n°12 et ne les ait pas emmenés avec eux à l'extrémité du train pour les mettre en sûreté dans le compartiment destiné aux bagages où ils auraient été protégés", indique la déclaration commune.

Le personnel incriminé n’appartient ni à la SNCF ni à Thalys. Mais le communiqué précise les agents incriminés, deux hôtesses, ne font partie du "personnel de restauration", un point que Thalys et le SNCF font valoir depuis dimanche matin car il s'agit de salariées d'un sous-traitant qui gère l’espace-bar. Selon la directrice de Thalys, un agent a même "senti une balle le frôler. Il est parti, avec cinq ou six voyageurs, se réfugier dans le fourgon". "Toutes les personnes concernées sont entendues pour expliquer leur comportement pendant le drame", a également répondu Agnès Ogier.

Anglade ne porte pas "de jugement de valeur". Dans ce communiqué, Jean-Hugues Anglade ajoute une précision à ses propos tenus aux lendemains de cette attaque, probablement de nature terroriste d’après les premiers éléments recueillis sur le profil du suspect.

L’acteur souligne que son témoignage "ne constitue pas un jugement de valeur sur tous les personnels Thalys ou SNCF présents ce jour-là" et que  "le contrôleur français et l'autre employé de Thalys présents dans la voiture où a eu lieu l'attentat, ont fait preuve [...] d'un comportement héroïque".