Pas-de-Calais : une jeune femme meurt lors d'un saut à l'élastique

  • A
  • A
Pas-de-Calais : une jeune femme meurt lors d'un saut à l'élastique
Photo d'illustration @ JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :

Une jeune femme est décédée en chutant lors d’un saut à l’élastique, dimanche, avec son compagnon qui, lui, a été hospitalisé. Le gérant et un employé de la base ont été placés en garde à vue.

C’est "un dysfonctionnement au niveau du système d’attache" qui serait à l’origine du drame, a indiqué une source de gendarmerie. Dimanche à Audincthun, dans le Pas-de-Calais, une jeune femme de 28 ans a trouvé la mort alors qu’elle sautait en élastique avec son compagnon. Ce dernier, âgé de 33 ans, a été héliporté à l'hôpital de Lille, a-t-on appris auprès des gendarmes. La gravité de ses blessures n'est pas connue.

La rupture de l’élastique écartée. Ce couple originaire d'Hallennes-lez-Haubourdin, une commune proche de Lille, avait décidé de s'offrir le plein de sensations fortes en sautant à l'élastique en duo. Vers 16 heures, le couple "est monté dans la nacelle, en haut d'une grue, à une hauteur de 65 m pour effectuer un saut à l'élastique" à quinze mètres du sol, a indiqué cette même source. Si l’élastique ne s’est pas rompu, "les deux personnes ont chuté lourdement au sol", à cause d’un problème au niveau d'un mousqueton. Les secours sont arrivés très vite, mais la jeune femme est décédée sur place.

Le gérant et un employé en garde à vue. Le gérant de la société et l'employé ayant harnaché les deux victimes ont été placés en garde à vue, dimanche soir, a indiqué lundi le parquet. "Dans la foulée de l'accident, on a placé en garde à vue deux personnes à qui on peut reprocher l'infraction d'homicide involontaire et de blessures involontaires par violation délibérée d'obligation de sécurité et de prudence", a déclaré Sébastien Piève, procureur de la République à Saint-Omer. "On va voir si c'est une erreur humaine, un problème technique avec un matériel défaillant, cela peut être aussi une conjugaison des deux", a ajouté le magistrat.

La brigade de recherche de la gendarmerie de Saint-Omer s'est vue confier l'enquête et a saisi le matériel du saut à l'élastique pour déterminer les circonstances de l'accident.