Paralysie gare de l'Est : la bombe détruite en "toute sécurité"

  • A
  • A
Paralysie gare de l'Est : la bombe détruite en "toute sécurité"
@ AFP Kenzo Tribouillard
Partagez sur :

INSOLITE - Un obus datant de la Seconde Guerre mondiale a bloqué la circulation des TGV, trains, RER et Transilien, nécessitant l'intervention des démineurs. 

Une bombe de 450 kilos. Les démineurs ont fait exploser dans la nuit de mardi à mercredi une bombe de la Seconde guerre mondiale découverte à la mi-journée près de voies ferroviaires à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis, qui avait entraîné l'interruption totale du trafic à la gare de l'Est à Paris. "L'opération est réussie", a fait savoir la préfecture de Seine-Saint-Denis, précisant que la bombe avait été détruite "en toute sécurité". L'engin, "une bombe anglaise de 1.000 livres à retardement", soit 450 kilos, selon la préfecture, avait été découvert à 12h10 sur un chantier, à proximité immédiate des voies, aux environs de la gare de Noisy-le-Sec, à 8 km de la gare de l'Est, où circulent des TGV, le RER E et la ligne P du Transilien.

>> LIRE AUSSI - Lorraine : un millier d'obus découverts

Le trafic totalement interrompu. Dans un premier temps, les autorités avaient affirmé qu'il s'agissait d'un obus de 250 kilos. Déplacé dans un trou à six mètres sous terre par les démineurs du laboratoire central de la préfecture de police de Paris et de la sécurité civile, l'engin a été recouvert de sable pour atténuer le souffle de l'explosion. Par mesure de sécurité, le trafic a été interrompu peu après midi au départ et à l'arrivée de la gare de l'Est, où circulent quotidiennement 500.000 voyageurs, dont 370.000 par le Transilien, selon la SNCF.

300 habitants évacués. A Noisy-le-Sec, un périmètre de sécurité de 500 mètres avait été mis en place autour des voies, entraînant l'évacuation de 300 habitants, dont 150 ont été hébergés dans un gymnase de la commune, selon le maire UDI Laurent Rivoire. Tous ont été autorisés à réintégrer leur domicile, a précisé la préfecture.