Paris suspects en handball : un renvoi en correctionnelle demandé

  • A
  • A
Paris suspects en handball : un renvoi en correctionnelle demandé
@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

HANDBALL - Le parquet a demandé, vendredi, à ce que soient jugés le tout frais champion du monde Nikola Karabatic et 16 autres mis en examen pour des paris sportifs suspects. 

L'info. Il y a quelques jours à peine, Nikola Karabatic célébrait avec ses coéquipiers de l'équipe de France leur victoire au mondial de handball, au Qatar. Mais vendredi, le parquet de Montpellier a sonné la fin des festivités. Le procureur a en effet requis le renvoi en correctionnelle du joueur montpelliérain dans le dossier des paris illicites sur un match, en 2012. Les 16 autres mis en examen font eux aussi l'objet de demandes de renvoi en correctionnelle qui portent sur des faits "d'escroquerie" ou de "complicité d'escroquerie".  

>> LIRE AUSSI - Affaire des "paris truqués" : une nouvelle expertise capitale

Une faveur de calendrier... Le champion du monde, vedette des Bleus, est mis en cause depuis des mois dans cette affaire de paris truqués, alors qu'il jouait dans l'Hérault. Mais l'information révélée par Europe 1 vendredi, c'est que les réquisitions du procureur étaient prêtes depuis plusieurs semaines, bien avant le mondial de handball qui a eu lieu du 15 janvier au 1er février dernier. Le magistrat a en effet choisi d'attendre la fin de la compétition pour faire connaître sa position, afin de ne pas déstabiliser Nikola Karabatic, et plus largement l'équipe de France de handball... qui a été sacrée championne du monde pour la cinquième fois. 

>> Paris suspects : des joueurs entendus

Paris suspects. L'affaire en question concerne des paris litigieux sur le résultat, à la mi-temps, du match Cesson-Montpellier pour un montant de paris de quelque 80.000 euros. Les joueurs sont soupçonnés d'avoir parié contre leur propre équipe et d’avoir fait exprès de perdre à la mi-temps de ce match qui a eu lieu le 12 mai 2012. Parmi ces 17 personnes susceptibles d'être jugées en correctionnelle, il y a évidemment les handballeurs de Montpellier de l'époque, Nikola Karabatic (Barcelone/Espagne), Luka Karabatic (Aix) et Samuel Honrubia (PSG) qui ont quitté le club de Montpellier (MAHB), tout comme Mladen Bojinovic (PSG), Primoz Prost (Göppingen/Allemagne) ou encore Mickaël Robin (Cesson). Seuls Dragan Gajic et Issem Tej, eux aussi mis en cause, évoluent toujours dans le club héraultais. Les autres mis en examens sont des proches des joueurs, comme les deux compagnes des frères Karabatic.

>> LIRE AUSSI - Hand : les frères Karabatic et les autres

Bras de fer. Depuis deux ans et leurs mises en examen, la bataille fait rage entre les avocats des joueurs et les magistrats. Les joueurs reconnaissent en effet avoir parié de l'argent sur ce fameux match et empoché de jolies sommes, ce qui est interdit. Mais ceci relève de la faute professionnelle et non pénale. En revanche, les handballeurs contestent avoir truqué la rencontre. Et c'est tout le débat, car s'il n'y a pas de preuves irréfutables, il existe des indices troublants, notamment un rapport rédigé par des experts qui valide l'hypothèse de la tricherie.

Ces spécialistes se sont penchés sur la vidéo du match et sur les statistiques des joueurs. En analysant le comportement de certains handballeurs lors de ce match opposant Cesson-Sévigné à Montpellier (31-28), ils avaient conclu à "une carence volontaire" du niveau de jeu. Mais ce rapport d'expertise avait ensuite été annulé pour un vice de forme.

Les juges d'instruction disposent maintenant de plusieurs semaines pour décider s'il y aura ou non un procès pour escroquerie.