Pagaille à Gare du Nord après un incendie

  • A
  • A
Partagez sur :

Pendant plus de quatre heures, des milliers de voyageurs se sont retrouvés bloqués dans la Gare du Nord. L'entreprise publique déposera plainte.

REPORTAGE

Le trafic ferroviaire a été totalement interrompu pendant quatre heures mardi soir à la Gare du Nord, à Paris, à cause d'un incendie sur un transformateur électrique provoqué par "un acte de malveillance", a annoncé la SNCF.
Plusieurs milliers de voyageurs étaient concernés, Europe 1 était sur place.

Chaleur, marche sur les voies et attente. A partir de 18h30, plus aucun train ne quitte ou n'arrive Gare du Nord faute d'électricité. Alors qu'il vient tout juste de partir, un train reste par exemple bloqué à trois kilomètres de là, sur les voies. Marie-Marguerite se trouvait à bord et raconte sa mésaventure : "on nous a demandé de sortir, on a marché 45 minutes sur les voies, en pleine chaleur et tout..." Dans la gare, les hauts-parleurs diffusent cette phrase en boucle : "le trafic ne sera pas assuré avant 21h30". Un message qui n'est pas de nature à rassurer les usagers, même si tout le monde reste calme. 

Des milliers de voyageurs bloqués à Paris. Sur l'escalier qui mène au hall de départ de l'Eurostar, plusieurs centaines de voyageurs sont assis sur leurs valises, dans la moiteur du mois de juillet, comme un groupe qui devra attendre avant de traverser la Manche. "Notre vol depuis la Martinique avait du retard, on a raté le deuxième vol pour Londres, on est venu ici et voilà, il faut encore attendre". "Environ 15.000 personnes" ont dû être évacuées de 15 trains bloqués sur les voies, "soit à proximité de la gare, parfois loin de la gare", a expliqué Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux transports. Il faudra attendre quatre heures avant qu'une solution technique soit trouvée.

La reprise s'est faite au compte-goutte. C'est finalement vers 22h30 que la situation commence à se débloquer, les premiers trains bloqués sur les voies peuvent arriver et le trafic peut doucement commencer à reprendre. "Nous sommes en train de progressivement, réalimenter sur le plan électrique et notre priorité est de faire repartir le trafic des TER et des RER", explique la directrice voyageurs à la SNCF. Une reprise qui se fait au compte-goutte, et les usagers des trains internationaux et des TGV n'ont pas eu d'autres choix que de passer la nuit à Paris dans des hôtels mis à disposition par la SNCF ou dans des rames placées en gare.