Ouverture d'une nouvelle enquête dans l'affaire Leprince

  • A
  • A
Ouverture d'une nouvelle enquête dans l'affaire Leprince
Dany Leprince lors de sa libération sous caution en 2012.@ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

Le père de Dany Leprince, condamné à la perpétuité pour un quadruple meurtre qu'il nie, a déposé une plainte contre X.

Une nouvelle enquête a été ouverte il y a un an dans l'affaire du quadruple meurtre de Thorigné-sur-Dué, en 1994 dans la Sarthe, pour lequel Dany Leprince, qui clame son innocence, avait été condamné à perpétuité avant d'être libéré sous caution en 2012, annonce jeudi le quotidien Ouest-France.

Plainte du père. Selon le quotidien, cette nouvelle enquête a été ouverte à la suite d'une plainte contre X déposée par Robert Leprince, le père du condamné, à l'automne 2014 devant le doyen des juges d'instruction du Mans. "Quelques semaines plus tard, le 31 décembre 2014, le parquet du Mans ouvrait une information judiciaire et confiait le dossier à deux juges d'instruction", révèle le quotidien régional.

Un terrible assassinat. Le 5 septembre 1994, Christian Leprince, sa femme Brigitte et deux de leurs filles, âgées de 10 et 6 ans, avaient été retrouvés sauvagement assassinés, à leur domicile de Thorigné-sur-Dué. Dany Leprince, le frère de Christian, alors âgé de 31 ans et qui habitait dans la maison voisine, est mis en cause par sa femme et sa fille. Il va avouer le meurtre de son frère au terme de 46 heures de garde à vue, avant de se rétracter et de nier les faits.

Réclusion à perpétuité. Bien qu'il n'ait jamais cessé depuis de clamer son innocence, et malgré le manque de preuves matérielles de son implication, Dany Leprince avait été reconnu coupable des quatre meurtres en décembre 1997 et condamné à la réclusion à perpétuité, assortie de vingt-deux ans de sûreté par la cour d'assises de la Sarthe. Appuyé par un comité de soutien très actif, Dany Leprince a alors engagé un long combat pour faire reconnaître son innocence, marqué par de nombreuses péripéties, avant d'être  libéré sous caution en octobre 2012.