Outreau : le juge Burgaud, symbole du fiasco judiciaire, à la barre

  • A
  • A
Outreau : le juge Burgaud, symbole du fiasco judiciaire, à la barre
L'ancien juge d'instruction Fabrice Burgaud.@ FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

Au quatrième jour du procès de Daniel Legrand fils à Rennes, le juge Fabrice Burgaud, qui avait instruit l’affaire en 2001, doit être auditionné en visioconférence.

Il est souvent présenté comme "l’homme à l’origine du naufrage". Au quatrième jour du procès de Daniel Legrand fils à Rennes, le juge Fabrice Burgaud doit être auditionné vendredi en visioconférence. Une audition dénoncée par la défense qui juge le magistrat responsable du fiasco judiciaire d'Outreau. A la suite de son instruction initiale dans l’affaire, le juge Burgaud avait en effet conclu que Daniel Legrand fils était responsable des accusations de viols dont il faisait l’objet à l’époque, en 2001. Et dès 2004, lors du premier procès découlant de l'instruction du magistrat Burgaud, les défenseurs de Daniel Legrand père et fils avaient mis en avant la fragilité de l'entrée de leur nom dans le dossier. Les deux hommes ont finalement été acquitté à l’issu du procès.


Aujourd’hui, Daniel Legrand fils, l'un des 13 acquittés d'Outreau, est jugé devant la cour d'assises des mineurs pour des viols sur des enfants, qu'il aurait commis alors qu'il avait moins de 18 ans. Des faits identiques à ceux pour lesquels il a été acquitté en 2005.

La crainte "que cette démarche soit faite pour le réhabiliter". Maître Julien Delarue, l'avocat de Daniel Legrand, craint que l’audition du juge Burgaud vendredi ne soit un prétexte pour réhabiliter son honneur. "Effectivement, le juge Burgaud a été cité à la demande des parties civiles. En réalité, nous pouvons craindre que cette démarche soit faite pour le réhabiliter", réagit-il. L’ancien juge d’instruction, symbole du fiasco judiciaire de cette affaire de réseau pédophile présumé, avait changé de poste après la révélation des failles de son enquête, pour rejoindre la section antiterroriste du parquet de Paris. Lors d’une audition par les parlementaires en 2006, Fabrice Burgaud avait marqué les esprits en assumant dans un discours la responsabilité de ce fiasco judiciaire. "Je suis entièrement responsable de mon instruction et je ne souhaite pas éluder ma responsabilité", avait-il souligné, l’air abattu.

Il a contribué "au naufrage". Une posture que souhaite aujourd’hui rappeler Me Delarue tout en rappelant que son unique responsabilité n’a jamais été établie par la justice. "Alors que la défense, à l’issue du verdict de Paris, s’est gardée de dire que ce magistrat était à l’origine de ce naufrage. Il y a malheureusement contribué. Il faut le dire. Parce que chacun, à son niveau, dans ceux qui ont eu la gestion de cette affaire, ont une responsabilité qui a été reconnue", rappelle-t-il.

L’avocat de Daniel Legrand fils estime donc que le juge Burgaud, qui fait partie des 43 témoins qui seront entendus pendant le procès, n’est pas le seul responsable dans cette affaire. "En même temps, ce que nous n’avons jamais cessé de dire, c’est que c’est un fiasco, dont chacun avait sa part de responsabilité. Il en est l’un des rouages essentiels et son rôle a compté dans la mise en cause et l’incarcération des Legrand", rappelle-t-il. Et d’assurer : "il n’est pas dans notre objectif de faire son procès".