Où est la valise du tueur de Valence ?

  • A
  • A
Où est la valise du tueur de Valence ?
Les plongeurs de la police sont toujours à pied d'œuvre à Valence, dans la Drôme, pour retrouver une valise qui pourrait contenir le corps d'une femme assassinée en décembre.@ MaxPPP
Partagez sur :

Un meurtrier y aurait placé le corps d’une femme avant de s’en débarrasser dans le Rhône.

A la recherche d’un corps. Les plongeurs de la police sont toujours à pied d'œuvre à Valence, dans la Drôme. Ils recherchent depuis mardi une valise pouvant contenir les restes de Muriel, une quadragénaire qui aurait été étranglée en décembre dernier par son ex-amant. Cet homme s’est depuis suicidé à la prison des Baumettes, à Marseille.

Un piège sordide. Le drame se serait noué dans la nuit du 7 au 8 décembre dernier. Agée de 43 ans, la victime, qui vivait à La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône, s’était rendue à Valence pour y retrouver un homme rencontré sur Internet, comme le relate le Dauphine Libéré. L’individu en question lui avait payé le train et le taxi, à la condition qu’elle se présente les yeux bandés dans la chambre d’hôtel.

Mais l'homme n’avait rien d’un charmant inconnu. Il s’agissait en réalité de son ex-amant, Didier Ouattara, qui lui avait tendu un piège. Deux heures après l’arrivée de Muriel, le gérant de l’établissement aurait vu Didier Ouattara sortir de l’hôtel, seul, mais avec deux grosses valises, selon les informations du Dauphiné.

Des aveux post-mortem. Didier Ouattara, de nationalité ivoirienne et âgé de 41 ans, a partagé pendant deux ans la vie de Muriel. Il n’aurait pas supporté leur séparation, en octobre dernier. Rapidement suspecté par les enquêteurs, il avait été écroué à la prison des Baumettes le 21 décembre, à Marseille. Mais il s'est suicidé trois jours plus tard. Il avait laissé une lettre dans laquelle il aurait avoué avoir étranglé Muriel.

De larges recherches. Avant de mettre fin à ses jours, le suspect, Didier Ouattara, aurait confié aux enquêteurs s’être débarrassé du corps de Muriel en l’enfermant dans une valise et en le jetant dans le Rhône, comme le détaille le Dauphine libéré. Depuis mardi, les hommes de la PJ de Lyon, épaulés par policiers suisses, sondent le fleuve, à l’aide d’un puissant sonar. Les recherches, qui pourraient durer jusqu’à mercredi prochain, s’étendent du pont Mistral au barrage de Charmes-sur-Rhône, à Valence.