Orléans : une fillette de 3 ans oubliée toute une nuit dans un centre de loisirs

  • A
  • A
Orléans : une fillette de 3 ans oubliée toute une nuit dans un centre de loisirs
@ Capture Google StreetView
Partagez sur :

Portée disparue la veille, l'enfant est restée seule enfermée au sein de l'établissement. Les parents ont cru à un enlèvement après le témoignage d'un animateur distrait. 

C'est une histoire qui se termine bien, au terme d'une nuit d'angoisse pour un couple de parents orléanais. Mercredi soir, alors que le couple pense récupérer sa fille de 3 ans et demi à l'issue d'une journée en centre de loisirs, celle-ci est aux abonnés absents. Les déclarations d'un animateur, qui explique avoir confié l'enfant à une femme, laissent rapidement craindre un enlèvement. Une enquête pour disparition inquiétante est ouverte le soir-même. 

L'enfant retrouvée endormie sur un matelas. Mais dès le lendemain, l'affaire prend une toute autre tournure. Sur les coups de 6 heures, une femme de ménage du centre de loisirs découvre la fillette endormie sur un matelas de l'établissement, rapporte La République du Centre. L'enfant avait en réalité passé la nuit seule, enfermée et oubliée dans le centre. L'explication ?" Ce garçon a visiblement confondu deux enfants. Il y a eu une succession de points qui n’ont pas fonctionné", répond le maire d'Orléans, Olivier Carré, dans les colonnes du quotidien régional. Selon un policier, la petite fille "s’est débrouillée en prenant du gâteau et des jus de fruits dans le frigo". 

"On n’a pas vérifié que tous les enfants étaient partis". "Apparemment, la petite a réussi à échapper aux animateurs d’abord en se réfugiant dans les toilettes puis, après, dans les étages, dans une zone où ne vont pas les enfants normalement. Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a pas vérifié que tous les enfants étaient partis", regrette l'édile. "J’ai rencontré les parents dès 9h15 pour leur présenter les excuses de la ville. En tant que père de cinq enfants, je peux comprendre comme cette nuit blanche a été dure pour eux".