Océane : la garde à vue prolongée

  • A
  • A
Océane : la garde à vue prolongée
La garde à vue d'un septuagénaire a été prolongée de 24 heures lundi soir dans l'enquête sur la mort d'Océane.@ MaxPPP
Partagez sur :

 Le suspect, connu de la justice, est agé de 73 ans. Il est resté silencieux depuis son arrestation.

Le retraité âgé de 73 ans, a été arrêté dimanche soir à Bellegarde, dans le Gard, dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Océane, a vu sa garde à vue prolongée de 24 heures lundi soir. Le corps sans vie de la fillette de 8 ans, qui avait disparu samedi soir, avait été découvert dans la matinée dimanche. Les enquêteurs ont également retrouvé plusieurs indices près de la petite fille, dont deux briquets, selon les informations d'Europe 1.

"A cette heure, il n'y a absolument aucun élément qui permette de dire avec certitude que cette personne a une responsabilité dans les faits qui ont été commis", a affirmé le procureur, Robert Gelli, au sujet du retraité placé en garde à vue. Il nie toute responsabilité dans le meurtre d'Océane et affirme avoir passé la journée de samedi chez lui devant sa télévision.  

Un profil jugé "inquiétant"

Le suspect interpellé est un homme solitaire qui vivait non loin du domicile de l'enfant. Son profil a été qualifié d'"inquiétant" par une source proche de l'enquête. Condamné à six ans de prison en 1999 pour une agression à caractère sexuel sur un garçon mineur, ce septuagénaire était sorti de prison en 2003 et avait fait l'objet d'un suivi judiciaire sans incident jusqu'en 2006.

Le retraité n'a livré aucune information déterminante aux gendarmes de la Section de recherches de Nîmes, a indiqué une source proche de l'enquête. "Il ne dit rien. Il n'a rien lâché, mais l'enquête avance", a ajouté cette source.

La fillette probablement transportée

Le corps d'Océane avait été découvert dimanche vers 10h30 par un promeneur au bout d'une vigne de la commune de Bellegarde, où elle vivait avec ses parents. Il se trouvait à "deux ou trois kilomètres du domicile familial", a précisé le procureur de la République de Nîmes, Robert Gelli, dimanche à la mi-journée. D'après le Midi Libre, le corps de l'enfant était partiellement dévêtu. Son pantalon était baissé et il lui manquait une chaussure, selon les informations d'Europe 1.

Mais les habits étaient secs, ce qui laissent à penser aux enquêteurs qu'Océane a été transportée jusqu'à ce chemin. "L'enfant n'a pas marché dans la boue, on est plutôt dans l'hypothèse d'un corps déposé dans la matinée à cet endroit-là", a poursuivi le magistrat, précisant que le décès remontait à samedi.

L'autopsie d'Océane a permis de déterminer que la la fillette a été asphyxiée et poignardée à quatre reprises, a annoncé le procureur lundi soir. Selon les constatations des médecins légistes, l'enfant a également été victime d'attouchements sexuels, a précisé le magistrat à l'AFP.

Le corps retrouvé "en partie dénudé"

Le corps a été découvert "en partie dénudé, mais pas complètement, par une riveraine des lieux, qui ne participait pas à la battue", a-t-il ajouté. "A cet instant, on ne peut pas dire si la fillette a été violée", a précisé le magistrat.

Les gendarmes doivent également analyser les bandes de vidéo-surveillance des caméras du village de Bellegarde. Une douzaine de personnes dont les parents et grands-parents d'Océane ont été entendus par les enquêteurs de la section de recherche de Nîmes.

Elle allait chercher un jeu vidéo

Qualifiée de "très bonne élève" d'après les premiers éléments de l'enquête des gendarmes, Océane vivait avec ses parents à Bellegarde depuis deux ans. Samedi, elle avait quitté le domicile de ses parents vers 19 heures, sous une pluie battante, pour aller chercher un jeu vidéo chez un voisin habitant à 300 mètres. Ne la voyant pas revenir, son père a appelé la gendarmerie à 19h30.

Le voisin en question, un ami des parents d'Océane, "divorcé ou séparé" et "vivant avec ses deux petites filles dont il a la garde", a affirmé n'avoir jamais vu arriver la fillette, selon le procureur. Un témoin aurait cependant aperçu l'enfant sur le chemin la conduisant chez son voisin, a-t-il ajouté.

Une quarantaine de gendarmes ont alors recherché Océane jusqu'à 3h30 du matin. Dimanche matin dès l'aube, une battue a rassemblé environ 300 personnes : des gendarmes, notamment ceux de la brigade nautique d'Agde, ainsi que des habitants de la commune qui s'étaient portés volontaires.