"Nuit debout" : cinq interpellations mais un rassemblement globalement calme à Paris

  • A
  • A
"Nuit debout" : cinq interpellations mais un rassemblement globalement calme à Paris
Dans la nuit de lundi à mardi, les forces de l'ordre n'ont procédé qu'à 5 interpellations. @ PHILIPPE LOPEZ / http://ref.afp.com/sources/1
Partagez sur :

Le mouvement a mis en place des mesures afin de faciliter la dispersion des manifestants à la fin des mobilisations, s'est félicité la préfecture de police. 

Cinq personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi à Paris en marge du rassemblement "Nuit debout" qui s'est toutefois déroulé dans le calme, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

2.000 manifestants. Deux personnes ont été interpellées pour jets de projectiles, deux pour outrage et une autre pour état d'ivresse. Les manifestants étaient environ 2.000 à 20h30 lundi soir, selon la préfecture de police. Après deux tentatives de manifestation sauvage contenues par les CRS, les participants se sont dispersés dans le calme aux alentours de 1h du matin alors qu'ils n'étaient plus qu'une centaine sur la place de la République.

La préfecture satisfaite. "Cette manifestation se passe maintenant sans incident et dans le calme", s'est félicitée la préfecture, qui avait déjà constaté lundi que les organisateurs du mouvement avaient "mis en oeuvre les dispositions nécessaires" permettant de "faciliter la dispersion sans incident des manifestants à l'issue des mobilisations". 

Des violences le week-end dernier.Dans la nuit de vendredi à samedi, 22 personnes avaient été interpellées après des violences contre les forces de l'ordre et des dégradations commises dans le nord-est de Paris. Quatre policiers et gendarmes avaient alors été blessés légèrement, 151 en tout depuis le début des manifestations contre la loi Travail et les rassemblements de la "Nuit debout", selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Parmi ces 22 personnes interpellées, cinq ont ont été jugées lundi à Paris en comparution immédiate. Le tribunal correctionnel a prononcé des peines de trois et quatre mois de prison avec sursis et le parquet a fait appel de la première condamnation.