Noyade dans l'Aude : "mon fils savait nager"

  • A
  • A
Noyade dans l'Aude : "mon fils savait nager"
Le directeur de Planète aventures, la structure organisatrice de la colonie de vacances, affirme "qu'il n'y avait pas de panneaux avertissant de l'interdiction de baignade".@ Max PPP
Partagez sur :

Jean-Bertrand Clerval est mort noyé dans un lac alors qu'il participait à une colonie de vacances.

L'incompréhension est totale pour les proches de Jean-Bertrand Clerval, 17 ans, mort noyé samedi dans le lac du gouffre de l'Œil doux. Sa mère, Yvana Clermy, interrogée par Le Parisien, ne "comprend pas" comment son fils a pu perdre la vie dans cet endroit de l'Aude, normalement interdit à la baignade.

"Mon fils savait nager, il avait un bon physique, il était en bonne santé. Il allait juste se baigner avec ses copains, on les avait autorisés à le faire", a-t-elle déclaré.

L'autopsie pratiquée lundi à Montpellier a confirmé que la mort du jeune homme était due à une noyade mais les causes n'ont pas été établies.

"Je n'ai pas la force de haïr quelqu'un"

aude noyade 930

© Max PPP

Alors que la garde à vue du directeur de colonie de vacances, qui avait la responsabilité du groupe, a été prolongée lundi de 24 heures, les causes réelles de l'accident restent clairement à déterminer.

"Ils ne l’ont pas vu se noyer, et quand ils ont remarqué, c’était déjà trop tard. Celui qui a autorisé la mort de votre fils, c’est mieux de ne pas le rencontrer. Je ne sais pas si je lui en veux. Pour l’instant, je pleure mon fils, je n’ai pas la force de haïr quelqu’un", a assuré la mère de l'adolescent au Parisien.

Un arrêté municipal de la commune de Fleury-d'Aude interdit officiellement la baignade au gouffre de l'Oeil doux, dans le massif de la Clape, entre Narbonne et la Méditerranée. Des personnes s'y sont déjà blessées ou tuées en plongeant dans des zones peu profondes. Mais des dizaines de touristes se baignaient samedi dans ce lac pittoresque et certains plongeaient depuis une falaise qui le surplombe.

Une mise en examen

Le parquet de Narbonne, qui a confirmé que "le directeur est passé outre" l'interdiction de baignade, doit donner, mardi, une conférence de presse à 16 heures. Une décision sera alors communiquée concernant une éventuelle mise en examen pour "mise en danger de la vie d'autrui" ou "homicide involontaire par manquement délibéré de prudence".

Une incertitude subsiste toujours sur la signalisation de l'interdiction de baignade. La magistrate, qui s'est rendue sur place, a indiqué qu'elle n'avait pas vu de panneau sur le chemin par lequel le groupe a accédé au gouffre de l'Œil doux, accessible par plusieurs itinéraires. Frédéric Vancompernolle, directeur de Planète aventures, la structure organisatrice de la colonie de vacances, affirme "qu'il n'y avait pas de panneaux avertissant de l'interdiction de baignade".