Nouvelle-Calédonie : 1,4 tonne de cocaïne saisie sur un voilier

  • A
  • A
Nouvelle-Calédonie : 1,4 tonne de cocaïne saisie sur un voilier
La cocaïne a été découverte à bord d'un voilier. (Image d'illustration) @ ERIKA SANTELICES / AFP
Partagez sur :

La drogue a été découverte sur un navire piloté par un équipage originaire des pays baltes.

INFO EUROPE 1

La marine et la gendarmerie de Nouvelle-Calédonie ont saisi 1,4 tonne de cocaïne à bord d'un voilier la semaine dernière, au large des îles Tonga, selon les informations recueillies par Europe 1.

1,4 tonne de cocaïne sur un voilier. Intrigués depuis quelques temps par le comportement du bateau, dans un travail de coopération mené avec les douanes, les militaires ont envoyé depuis Nouméa une frégate pour aller à la rencontre du voilier, intercepté mercredi dernier à environ 1.000 km de là, au large des îles Tonga.

De la cocaïne a été découverte et les quatre marins lituaniens et lettons ont été arrêtés avant d’être placé en garde à vue à Nouméa, lundi soir. Le chargement "battant pavillon de Gibraltar" avait une cargaison d'une valeur de l'ordre de 100 millions d'euros sur le marché illicite, a déclaré dans un communiqué le vice-procureur du tribunal de Nouméa, Hervé Ansquer. D'après les médias locaux, il s'agit de la plus grosse prise de cocaïne jamais faite dans le Pacifique sud.

Un comportement suspect. L'enquête avait démarré en juillet en Polynésie, quand le comportement des quatre membres d'équipage de ce voilier avait intrigué les autorités locales, a expliqué une source proche du dossier. Le bateau, qui avait fait relâche le 25 juin à proximité d'un atoll isolé des Tuamotu, en Polynésie française, avait en effet navigué sans escale depuis le canal de Panama et avait annoncé vouloir faire route directement vers l'Australie, malgré une avarie, a précisé le parquet de Nouméa.

Une coopération internationale. La douane française a suivi sa route, après avoir mis en place un dispositif de recueil de renseignements sur le bateau, son parcours et son équipage, selon la source proche de l'enquête. L'interception est intervenue après que la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières eut indiqué au haut-commissaire de Polynésie que l'un des membres de l'équipage avait été antérieurement suspecté de s'être livré au trafic de stupéfiants. Le haut-commissaire avait sollicité auprès du gouvernement britannique l'autorisation de contrôler "l'Afalina" en haute mer.

Une cargaison "vraisemblablement destinée à l'Australie". Selon le parquet de Nouméa, le voilier a été intercepté le 27 juillet "en haute mer au large de Tonga". En garde à vue, les suspects sont entendus par la gendarmerie, en liaison avec les offices centraux des États-Unis et de l'Australie, chargés de la lutte contre le trafic de stupéfiants. Les 1,4 tonne de cocaïne étaient "vraisemblablement destinés à l'Australie", selon la source proche de l'enquête.