Nouveau règlement de comptes à Marseille

  • A
  • A
Nouveau règlement de comptes à Marseille
@ REUTERS
Partagez sur :

Un quinquagénaire a été tué jeudi, victime en pleine journée d’un commando en scooter.

Les meurtres se suivent et se ressemblent à Marseille, qui compte désormais 21 règlements de comptes depuis le début de l’année. Un homme de 53 ans a été tué par balles jeudi à la mi-journée en plein centre-ville de Marseille, dans le quartier des Cinq avenues, et une autre personne a été légèrement blessée.

>> A lire aussi : Marseille : comment stopper la violence ?

Un commando très "pro" arrivé en scooter

Il est 12 heures 45 sur la terrasse du Derby, un bar de l’avenue Foch, dans le 4e arrondissement de Marseille, lorsque deux hommes casqués arrivent à scooter et ouvrent le feu. Leur cible, un quinquagénaire bien connu des services de police pour des faits anciens, a été touché par onze balles.

Les tueurs étaient visiblement bien préparés puisqu’ils n’hésitent à ouvrir le feu sous les yeux de nombreux témoins attablés sur les terrasses de cette rue. Ils sont alors grimés avec des masques de carnaval, rapporte par ailleurs La Provence. Armés d’un pistolet 9 mm, ils blessent également par balle une autre personne, touchée à l’épaule.

Les indices d’un règlement de comptes

Un cordon a été rapidement mis en place pour fermer l'accès à la scène et le cadavre recouvert d'une bâche. Les techniciens de la police scientifique faisaient les premières constatations, d'autres policiers interrogeaient les nombreux témoins.

La piste du règlement de comptes est privilégiée, ce qui en ferait le 21e  dans la région marseillaise depuis le début de l'année et le premier depuis le comité interministériel organisé sur la criminalité marseillaise à Matignon le 6 septembre.

>> A lire aussi - Marseille : le plan du gouvernement

Dans la cité phocéenne, le dernier avait eu lieu le 29 août, et dans la région le 3 septembre à Septèmes-les-Vallons, toujours dans les Bouches-du-Rhône. La plupart des victimes de cette série noire sont de jeunes hommes issus des cités marseillaises, tués sur fond de rivalités criminelles liées au trafic de stupéfiants, ce qui ne semble pas être le cas de l'homme tué jeudi.