"Nous retrouverons le corps de Laëtitia"

  • A
  • A
"Nous retrouverons le corps de Laëtitia"
@ MAXPPP
Partagez sur :

Une promesse du procureur. Le corps de Laëtitia ne se trouverait plus dans son intégrité.

Peu importe si Tony Meilhon, le principal suspect, "est aujourd'hui muré dans son silence, dans ses dénégations", campé sur la thèse de l’accident de la route mortel. Le procureur de la République de Nantes, Xavier Ronsin, l’a certifié vendredi : "nous retrouverons le corps de Laëtitia". "Le premier objectif de la justice, c'est d'abord de retrouver le corps de Laëtitia", a-t-il répété.

Laëtitia a disparu depuis dix jours, alors qu’elle rentrait du travail, près de Pornic, en Loire-Atlantique. Selon les dernières informations recueillies par Europe 1, les enquêteurs s’orientent désormais vers la recherche d’un corps qui ne se trouverait plus dans son intégrité. Des éléments matériels allant dans ce sens ont été découverts à proximité du véhicule de Tony Meilhon.

Deux grosses poubelles noires

Un témoin-clé a par ailleurs été entendu par les gendarmes. Il s'agit d'un ami de Tony Meilhon. Cet homme aurait rencontré le principal suspect au lendemain de la disparition de la jeune fille de 18 ans.
Tony Meilhon aurait indiqué à son ami avoir "tué un homme accidentellement", avant de lui montrer deux grosses poubelles noires à l’arrière de la sa voiture volée. Le nouveau témoin a précisé ne pas avoir vu le contenu de ces poubelles.

Par ailleurs, Tony Meilhon a remis à cet ami une batterie de téléphone portable, lui demandant de s'en débarrasser. Or, cette batterie, qui a été retrouvée par les enquêteurs, est celle du téléphone de Laëtitia.

Laëtitia disait sa peur dans une lettre

Les enquêteurs sont également en possession d’une lettre écrite par Laëtitia et retrouvée à son domicile. La jeune fille y explique qu’elle se sent menacée et qu’elle va mourir, qu'on va la tuer. Le soir de sa disparition, Laëtitia avait appelé un ami dans la soirée pour lui dire qu'elle venait d'être violée. Ce même ami a ensuite reçu plusieurs textos du portable de la jeune fille.

Le procureur de Nantes a précisé vendredi matin que quatre enquêtes de police visaient Tony Meilhon avant la disparition de Laëtitia. Les policiers n'y ont donné aucune suite, a-t-il précisé. Ce nouvel élément change la perspective de ce dossier qui a suscité une nouvelle relance du débat politique sur la question de la récidive criminelle lorsque l'affaire Laëtitia a éclaté.