Deux enfants tués : une information judiciaire ouverte contre le père

  • A
  • A
Deux enfants tués : une information judiciaire ouverte contre le père
pompiers@ AFP
Partagez sur :

Un troisième enfant, âgé de deux ans, est grièvement blessé. La piste du drame familial est privilégiée. Le père, qui souffrirait de troubles psychiatriques, a été interpellé. Il fait l'objet d'une information judiciaire, a annoncé le parquet mardi.

Deux enfants sont morts et un troisième a été grièvement blessé après un probable drame familial dans la commune de Walincourt-Selvigny, dans le Nord, dans la nuit de vendredi à samedi. Mardi, une information judiciaire a été ouverte à l'encontre du père de famille, "des faits d'assassinats de deux enfants, de tentative d'assassinat du troisième, et de violences aggravées sur son épouse et sur sa propre mère", a indiqué le procureur du TGI de Douai, Eric Vaillant.

>> Mise à jour du 3 juin : Le troisième enfant, grièvement blessé, est décédé mardi soir des suites de ses blessures, a annoncé mercredi le procureur de Douai Eric Vaillant. "Le double homicide devient un triple homicide", a-t-il indiqué, à propos de l'information judiciaire qu'il avait ouvert la veille.

Que s'est-il passé ? Le père des trois enfants "semble avoir donné la mort" à deux d'entre eux à l'aide d'un couteau, selon le sous-préfet de Cambrai Thierry Hégay et le procureur de la République de Cambrai, Rémi Schwartz. 

Deux enfants morts. Les deux enfants, âgés respectivement de quatre ans et deux mois, sont décédés. La fillette survivante, âgée de deux ans, a été transportée par hélicoptère au CHR de Lille. "Elle est dans un état stabilisé mais les médecins réservent toujours leur pronostic. L'enfant est toujours entre la vie et la mort", a déclaré le procureur, samedi. Mardi, l'enfant "était toujours dans un état grave" a indiqué le procureur du TGI de Douai, Eric Vaillant.

La femme et la belle-mère du père des enfants, admises à l'hôpital de Cambrai, ont été légèrement blessées mais leur pronostic vital n'est pas engagé. La mère des enfants aurait notamment été frappée avec une bûche, selon Rémi Schwartz. Elles "sont dans un état de choc et on n'a pas pu leur poser la moindre question", a-t-il ajouté, précisant toutefois que personne n'avait, semble-t-il, assisté aux meurtres. 

Le père atteint de troubles psychiatriques ? Trente sapeurs-pompiers ont été engagés peu avant minuit sur l'intervention, avec trois équipes médicales, a indiqué le Codis du Nord, qui a évoqué un "différend familial". Selon le sous-préfet de Cambrai, les infanticides présumés auraient eu lieu sur fond de dispute familiale, mais le père de famille, âgé d'une trentaine d'années, "semblait atteint de troubles psychiatriques".

Le suspect "a été hospitalisé d'office tôt ce matin. Il est hospitalisé sous contrôle et n'est techniquement plus en garde à vue en raison de son état psychiatrique", a précisé le procureur, samedi après-midi. Ce dernier voulait apparemment se suicider, mais il a été interpellé à temps, a expliqué le magistrat. Le père de famille n'était pas connu des services de police. Mardi, il se trouvait toujours hospitalisé dans une unité de soins intensifs psychiatriques.

"Il était plutôt papa poule". Originaire du village où a eu lieu le drame, l'homme "était un menuisier qui travaillait pour les pompes funèbres de la commune", a indiqué le maire de Walincourt-Selvigny, Daniel Fiévet. "Je le connaissais bien et on le voyait à chaque enterrement. Il était plutôt papa poule avec ses enfants et c'était une famille sans histoire", a raconté Yves Wayemberge, adjoint au maire, lui aussi très affecté. "Je n'avais remarqué aucun trouble particulier chez lui même s'il parait qu'il était en arrêt maladie depuis peu", a-t-il ajouté.