Noël : une "formation anti-braquage" pour les commerçants

  • A
  • A
Noël : une "formation anti-braquage" pour les commerçants
@ MAXPPP
Partagez sur :

La période des fêtes est aussi celle des braquages pour les commerçants aux caisses bien remplies. C’est pourquoi la police les forme à ces situations de stress. 

Des formations "anti-braquage". Tout le monde n’est pas à la fête à Noël. Si la plupart des commerçants se réjouissent de l’affluence et des recettes qui vont avec, ils sont nombreux à souffrir de la recrudescence de braquage qui accompagne la hausse de fréquentation. Alors pour les aider à mieux vivre ces moments traumatisants, mais aussi à apporter plus d’indices aux enquêteurs, la police propose des formations aux commerçants.

>> LIRE AUSSI - Un braquage à un million d'euros à Orly

Sept braquages au compteur. Dans cette salle municipale de Vaujours-Coubron, en Seine-Saint Denis, ils sont plusieurs dizaines à avoir répondu présents à l’appel du chef de la police intercommunale. Parmi eux, Laurent, buraliste, sept braquages au compteur, et autant de frayeurs.

Le dernier en date remonte à quelques semaines seulement. Il en garde un souvenir vif : "Je me suis retrouvé avec un fusil à pompe sous le nez, tout simplement." Des moments douloureux, qui alimentent la méfiance de Laurent, qui renchérit : "En ce moment, à l’approche des fêtes, on reste attentifs, on n’est pas paranos, juste méfiants."

>> LIRE AUSSI - Spectaculaire braquage de fourgon à Rouen 

Quelques réflexes en cas d’agression. Mais il ne suffit pas d’être sur le qui-vive pour éviter les braquages ou pour aider la police à retrouver rapidement le malfaiteur qui s’en est pris à votre magasin. Le chef de la police intercommunale est justement venu donner quelques conseils et réflexes à acquérir en cas d’agression.

Tomber amoureux de son braqueur. Parmi les "ficelles" utiles, la "technique de l’amoureux". "Imaginez que vous êtes amoureux de la personne qui vous braque, regardez là attentivement", recommande l’officier de police à l’assemblée. "Observez d’abord s’il est plus grand ou plus petit que vous, puis la couleur de ses yeux, enfin, attardez-vous sur son blouson et ses chaussures".  Les commerçants sont ensuite invités à joindre le geste à la parole pour une mise en situation.

>> VOIR AUSSI - La vidéo exclusive du braquage d'un boutique Cartier à Paris

Un policier joue le braqueur pour des travaux pratiques très instructifs. "File la caisse, bouge toi !". L’agresseur factice se fait pressant, voire menaçant : "Je vais te fumer". Une fois son forfait imaginaire accompli, l’heure est au débrief.

Ne pas détruire les indices. "Vous vous souvenez de ce qu’il a fait ?", demande le chef de la police ? "Non", répond une commerçante. "Il s’est essuyé le front, il a tapé sur la caisse, puis il a craché en repartant. Ca, ce sont des traces d’ADN, n’allez surtout pas nettoyer votre magasin après ! J’en vois qui rigolent mais c’est déjà arrivé."

Ces réflexes élémentaires pourraient permettre à la police d’obtenir de nombreux indices sur les tentatives de braquage qui fleurissent pendant les fêtes. Un dernier conseil, qui vaut pour tous, est prodigué aux commerçants de Vaujours-Coubron : toujours appeler la police, même pour une simple tentative de vol.