Nemmouche "lançait des appels à la prière collective"

  • A
  • A
Nemmouche "lançait des appels à la prière collective"
Mehdi Nemmouche en 2006.@ Capture vidéo
0 partage

EXCLU - Un surveillant de la prison de Toulon qui a côtoyé le suspect de la tuerie de Bruxelles décrit un homme qui s'est radicalisé sans faire de vagues.

EN CELLULE. "Il est arrivé détenu lambda, très propre sur lui, rasé de près. Au fur et à mesure de son avancée dans sa peine, il a laissé pousser la barbe et il a commencé à porter la djellaba".  Ces mots sont ceux d'un surveillant de la maison d'arrêt de Toulon-La Farlède. C'est dans cette prison du sud de la France que Mehdi Nemmouche, le tireur présumé du Musée Juif de Bruxelles, semble s'être tourné vers l'islam à la faveur de sa peine entre 2007 et 2012.

>> Cet agent, joint par Europe 1, décrit un détenu qui s'est progressivement radicalisé sans faire de vagues.



Mehdi Nemmouche, un détenu qui "se focalisait...par Europe1fr

"Il se focalisait sur sa religion, il était dans sa bulle"."C'est quelqu'un qui se focalisait sur sa religion, il était dans sa bulle. On a eu affaire à lui deux ou trois fois concernant les appels à la prière collective qu'il avait pu lancer depuis la fenêtre de sa cellule en direction de la promenade", se souvient aujourd'hui le surveillant de la maison d'arrêt au micro d'Europe 1.

"Ils ont des chaines hi-fi en cellule : il mettait les haut-parleurs au niveau de sa fenêtre pour lancer les appels à la prière collective", précise-t-il. "Je suis intervenu personnellement, je m'en souviens très bien, un dimanche. Il a immédiatement coupé le son et a présenté ses excuses : 'je ne savais pas, excusez-moi surveillant"', aurait alors déclaré Mehdi Nemmouche.

"Il était très respecté par les autres détenus". A part cet épisode, "aucun souci disciplinaire", assure le surveillant. "Il était proche de trois ou quatre individus pas plus, il ne se mélangeait pas à la population pénale. Il était très respecté en tout cas par les autres détenus : je pense même qu'il était craint !", estime-t-il.

"Il recevait beaucoup de mandats des amis, de la famille. Il n'avait absolument besoin de rien en prison et il pouvait rendre service à beaucoup d'autres détenus", poursuit-il avant de confier son étonnement face au drame de Bruxelles : "de par son comportement en détention, pas une seule seconde j'aurais pu croire qu'il était l'auteur de cette fusillade."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

PROFIL - Tuerie de Bruxelles : qui est Mehdi Nemmouche ?

L’ENQUÊTE - Tuerie de Bruxelles : perquisitions dans la famille de Nemmouche

ZOOM - L’Etat islamique en Irak et au Levant, une "franchise" d'Al-Qaïda

DÉCLARATION - Hollande sur les djihadistes : "nous les combattrons"

L'INFO - Musée juif de Bruxelles : un suspect français arrêté

L’ENQUÊTE - Bruxelles : la tuerie du musée juif est un "acte terroriste"

LA TRAQUE - Musée juif de Bruxelles : une vidéo et un suspect