Nantes : une enquête complexe

  • A
  • A
Nantes : une enquête complexe
@ Maxppp
Partagez sur :

Selon le commissaire Malon, Xavier de Ligonnès "a une semaine d'avance sur les enquêteurs".

Une semaine après la découverte des cinq corps d'Agnès de Ligonnès et de ses quatre enfants, le père Xavier est toujours en fuite. Pourtant, la police judiciaire met tout en œuvre pour le localiser.

Mais l’enquête se heurte à de nombreuses difficultés. Il s’agit en effet pour les policiers d’une course contre la montre. Les dernières traces avérées de Xavier de Ligonnès remontent au 15 avril, où il avait été vu dans un hôtel Formule 1, à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var.

"Il a une semaine d’avance"

Seulement, la police n’a fait cette découverte qu’une semaine après les faits. "Il a une semaine d’avance sur les enquêteurs et cette semaine joue en sa faveur", a expliqué à Europe 1 le commissaire Frédéric Malon, qui dirige l’Office centrale de répression des violences aux personnes (OCRVP).

"Il sait à peu près où se situent les enquêteurs", explique Frédéric Malon :

Depuis dix jours, une quarantaine d’enquêteurs travaillent sur l’affaire mais la brigade criminelle de Nantes ne peut pas tout gérer seule. Ainsi, tous les services de police judiciaire sont susceptibles de contribuer à l’enquête. Même les commissariats et les brigades de gendarmerie sont appelés pour vérifier les dizaines de témoignages qui affluent.

Loin du grand banditisme

Un véritable travail de fourmi. Il s’agit aussi de reconstituer le passé du suspect, comprendre sa psychologie, son profil. L’avantage, c’est que cette traque n’a rien de comparable à celle d’une figure du grand banditisme. "Lorsqu’on a affaire à un membre du banditisme, on peut s’attendre à ce qu’il bénéficie de complicité dans le milieu, de faux papiers, de véhicules volés, qu’il ait des complices qui l’hébergent également", détaille le commissaire Malon, estimant que Xavier de Ligonnès "aura certainement beaucoup plus de difficultés pour tenir une cavale pendant très longtemps".

Les enquêteurs seraient même allés jusqu’à chercher dans des monastères, selon les informations recueillies par Europe 1. Quoi qu’il en soit, il ne faut pas intervenir soi-même si l’on pense voir le fugitif. Xavier de Ligonnès est peut-être armé.