Nantes : le corps de Romain Barré aurait été jeté vivant dans la Loire

  • A
  • A
Nantes : le corps de Romain Barré aurait été jeté vivant dans la Loire
Deux jeunes de 16 à 19 ans avaient reconnu en garde à vue avoir étranglé l'agent immobilier. @ FRANK PERRY / AFP
Partagez sur :

Deux jeunes de 16 et 19 ans ont été mis en examen pour le meurtre de l’agent immobilier, disparu fin septembre et dont le corps a été retrouvé trois semaines plus tard. 

La disparition de Romain Barré avait profondément ému. Cet agent immobilier, qui n’avait plus donné signe de vie le 28 septembre dernier, avait été en fait victime d’un meurtre. Deux jeunes de 16 et 19 ans avaient reconnu avoir jeté l’homme de 38 ans dans la Loire, avant d’être mis en examen.

Lors de leur audition, ils ont avoué avoir étranglé l’agent immobilier dans sa voiture, avant de transporter le corps dans le coffre d’un véhicule afin de s’en débarrasser. Pourtant, juste avant d’être jeté dans la Loire, Romain Barré était encore vivant.

"Un corps supplicié jeté dans la Loire." Cette précision glaçante a été dévoilée jeudi par le quotidien régional Le Télégramme, alors que la chambre de l’instruction de la Cour d’appel se réunissait jeudi matin à Rennes. Les magistrats étudiaient la demande de libération conditionnelle d’une complice présumée du meurtre. Lors des débats, l’avocat général a ainsi révélé les atroces souffrances subies par Romain Barré.

Il a notamment lu une partie des déclarations des deux auteurs présumés du meurtre lors de leur garde à vue. "Ils ouvrent le coffre et jettent le corps de Romain Barré dans la Loire. Il respirait bruyamment, il était encore vivant", cite le quotidien régional. Avant d’ajouter fermement qu’il s’agit "d’un corps supplicié jeté dans la Loire et qui en est mort".

Le corps retrouvé trois semaines après sa disparition.Le corps de Romain Barré avait été retrouvé le 20 octobre dernier, trois semaines après sa disparition. Les auteurs présumés du meurtre de Romain Barré, mis en examen pour "meurtre ayant pour objet la préparation d'un délit ou assurant l'impunité de son auteur", risquent la réclusion à perpétuité.