Nantes : Matthieu a "vu les personnes fauchées"

  • A
  • A
Nantes : Matthieu a "vu les personnes fauchées"
@ GEORGES GOBET/AFP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Un homme d'une quarantaine d'années a foncé avec sa camionnette sur le marché de Noël de Nantes, faisant dix blessés dont quatre grièvement.

Ses motivations restent inconnues mais le bilan humain est lourd : le conducteur d’une camionnette a foncé sur le marché de Noël de Nantes lundi soir, faisant dix blessés dont quatre grièvement, avant de se poignarder à plusieurs reprises. Une scène d’horreur à laquelle a assisté Matthieu, joint par Europe 1.

>> LIRE AUSSI - Nantes : un automobiliste fonce dans la foule du marché de Noël

Il "a fauché au moins trois personnes". "Quand je suis arrivé, il y avait une camionnette Peugeot blanche qui est arrivée de la rue Crébillon qui a fauché au moins trois personnes. Je les ai vues sous mes yeux", témoigne Matthieu, qui habite à deux pas de la place Royale, où se tenait le marché de Noël. Et ce dernier d’ajouter que le conducteur du véhicule "a tenté de se suicider. En tout cas, il s’est donné des coups de couteaux au cœur". 

"Après, cela a été très vite bouclé, on a très vite été évacués. J’ai juste vu les dégâts sur la voiture avec les impacts sur le pare-brise, le phare avant droit cassé, l’aile également. Garée presque dans une petite cabane de Noel. Elle était coincée au niveau des barrières, les policiers ont essayé de cacher le truc avec leur voiture, les pompiers sont arrivés très rapidement également ", poursuit Matthieu. Et ce dernier d’ajouter : "en fait, cela se passe très, très vite, les policiers ont bouclé les choses très rapidement, les boutiques ont fermé. On a très vite été repoussés".

"On ne peut parler d'acte de terrorisme". "Le bilan est maintenant de 11 blessés dont 5 graves, parmi lesquels le forcené. Tous les blessés ont été évacués vers le CHU de Nantes", a déclaré l'adjoint au maire de Nantes Gilles Nicolas. "On ne peut parler d'acte de terrorisme", a estimé la procureur de la République à Nantes, Brigitte Lamy. Elle a précisé qu'un pronostic vital était engagé parmi les blessés. "En l'état, aucun témoignage ne montre une quelconque revendication religieuse", a, elle aussi, affirmé cette source.