Nabilla reconnaît "avoir violé son contrôle judiciaire"

  • A
  • A
Nabilla reconnaît "avoir violé son contrôle judiciaire"
Nabilla est soumise à un contrôle judiciaire qui lui interdit d'entrer en contact avec Thomas Vergara.
Partagez sur :

RETOUR EN PRISON ? - Nabilla Benattia a reconnu être partie en Suisse avec Thomas Vergara alors que son contrôle judiciaire le lui interdit. 

La star de la téléréalité Nabilla Benattia, dans l'attente de son procès pour avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara, a été entendue par la police sur un voyage en Suisse avec lui en violation de son contrôle judiciaire.

Pour une séance de dédicaces. Interrogée le 4 février dans un commissariat parisien, la starlette de 24 ans a "reconnu avoir violé son contrôle judiciaire" en se rendant le 19 décembre à Lausanne, en Suisse, pour une séance de dédicaces, en compagnie de Thomas Vergara, en dehors de toute autorisation de la justice. Mise en examen en novembre 2014 pour avoir poignardé à deux reprises son petit ami à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, et dans les Bouches-du-Rhône, la jeune femme est soumise à un contrôle judiciaire strict qui lui interdit d'entrer en contact avec lui et de quitter le territoire français.

Plusieurs apparitions en compagnie de Thomas Vergara. Or, ces derniers mois, la starlette semble avoir pris quelques libertés avec ses obligations en s'affichant sur les réseaux sociaux au bras de son compagnon et lors de voyages hors de France, notamment en Suisse, ce qui a conduit le parquet de Nanterre à ouvrir courant janvier une enquête pour le "non-respect" de ces interdictions. Elle encourt théoriquement une révocation de son contrôle judiciaire, et un retour en prison jusqu'à la tenue de son procès prévu dans les mois à venir.

A ce jour, le parquet n'a "pas pris de décision" sur d'éventuelles poursuites à son encontre. Mais si d'aventure il devait en engager, il reviendrait au tribunal correctionnel de Nanterre d'examiner la question de révoquer ou non le contrôle judiciaire de Nabilla, qui avait passé cinq semaines de détention provisoire à l'issue de sa mise en examen.