Mort suspecte dans un hôpital psy

  • A
  • A
Mort suspecte dans un hôpital psy
@ MaxPPP
Partagez sur :

La famille estime que l’arrêt respiratoire a été provoqué par des mesures de contrainte exagérées.

Une plainte contre X visant des gendarmes et le personnel soignant d'un hôpital psychiatrique a été déposée jeudi par le frère d'un homme décédé au centre psychiatrique de Bavilliers.

Le 14 juin 2009, Rabah Bouadma, âgé d’une quarantaine d’années, avait été interpellé sur la voie publique pour ivresse et dégradation de bien. L’homme, connu pour des troubles psychologiques, avait fait l'objet d'une hospitalisation d'office au centre psychiatrique de Bavilliers, où il est décédé d'un arrêt respiratoire vers 23h. Sa famille n’aurait été prévenue que trois heures après le décès.

Ecchymoses au visage

Les avocats de la famille de la victime soutiennent que le personnel présent a été "au-delà de la force nécessaire à l'interpellation de Rabah Bouadma. Les mesures de contrainte auraient conduit à une détresse respiratoire.

Toujours selon les proches de la victime, le patient a été allongé sur le ventre et sanglé. Il aurait reçu quatre injections de produits tranquillisants dans un laps de temps très court. D’après l'autopsie, un gendarme serait monté à califourchon sur lui exerçant une importante pression au niveau de son buste.

L'autopsie avait également révélé plusieurs blessures, des ecchymoses au visage et un certain nombre de coups.