Mort d'Alexia à Oléron : le lycéen interpellé mis en examen pour "meurtre" et écroué

  • A
  • A
Mort d'Alexia à Oléron : le lycéen interpellé mis en examen pour "meurtre" et écroué
@ AFP
Partagez sur :

Le jeune homme interpellé mardi sur l'île d'Oléron, dans l'enquête sur la mort d'Alexia, a été mis en examen pour "meurtre" et écroué, a annoncé le parquet, jeudi. 

Le lycéen interpellé mardi sur l'île d'Oléron en Charente-Maritime, dans l'enquête sur la mort d'Alexia Silva Costa, a été mis en examen pour "meurtre" et écroué dans un établissement pour mineurs, a annoncé le parquet de la Rochelle, jeudi. Le jeune homme a reconnu l’avoir "étranglée" puis "poignardée" car elle avait "repoussé ses avances".

Placé en garde à vue, le suspect a "très rapidement reconnu être l'auteur du meurtre de la jeune fille" alors qu'il se trouvait avec Alexia dans un bois, non loin de l'établissement scolaire, à l'écart des autres élèves, a indiqué dans un communiqué la procureur de la République de La Rochelle, Isabelle Pagenelle.

Poignardée à plusieurs reprises. "L'adolescent, qui n'a pas d'antécédents judiciaires ou psychiatriques, dit avoir été "pris d'un accès de violence" et avoir frappé la jeune fille, l'étranglant puis la poignardant à plusieurs reprises, avant de dissimuler son corps.

Il a ainsi reconnu avoir "asséné plusieurs coups de poing au visage" de la victime, "l'avoir étranglée puis s'être emparé d'un couteau de type Opinel, et l'avoir poignardée à plusieurs reprises notamment à la gorge et au ventre", a-t-elle précisé. L'adolescent a dit avoir ensuite "creusé le sol à mains nues pour y mettre le corps, qu'il a dissimulé sous des branchages". Puis il a récupéré le téléphone portable et les écouteurs de la victime, qui ont été retrouvés en sa possession lors de son interpellation.

Disparue en février. Le corps d'Alexia Silva Costa avait été retrouvé le 10 mars dans un trou d'eau, dans un parc forestier de la commune de Saint-Trojan, non loin de son lycée. Elle avait disparu plus d'un mois auparavant, alors qu'elle quittait l'établissement où elle était scolarisée en seconde. Entendu parmi d'autres personnes après la découverte du corps, le suspect, âgé de 16 ans, avait attiré l'attention la gendarmerie car des incohérences étaient apparues dans son récit.