Mort d'un retraité soupçonné à tort de pédophilie

  • A
  • A
Mort d'un retraité soupçonné à tort de pédophilie
Le drame s'est produit à proximité de l'école maternelle Auguste-Dupouy, à Brest.@ MaxPPP
Partagez sur :

Il a succombé à un arrêt cardiaque à Brest après avoir été pris à partie par des parents.

Soupçonné à tort de pédophilie, un retraité est mort lundi à Brest après un malaise cardiaque au moment de son interpellation. L'homme, âgé d'une soixantaine d'années, résidait près d'une école maternelle. Placé sous curatelle et à l'aspect négligé, il semble avoir été victime d'un malheureux concours de circonstances.

Il avait raccompagné une fillette chez elle

Il y a une dizaine de jours, le retraité avait raccompagné chez elle une fillette de trois ans restée sans surveillance, révèle Le Télégramme. Sur la route, il avait croisé une connaissance qui s'était étonnée de la présence d'une petite fille dans son véhicule. La maman de l'enfant avait ensuite déposé une main courante pour signaler l'incident.

La rumeur de l'existence d'un pervers sexuel rôdant autour de l'établissement scolaire a alors pris de l'ampleur. A tel point que, lundi, une quinzaine de parents ont pris en chasse le retraité quand ils l'ont aperçu.

Rien à reprocher au retraité

L'homme s'est réfugié dans le hall de son immeuble. Circonstance aggravante aux yeux des passants, une petite fille se trouve par hasard à cet endroit. Les policiers alertés procèdent alors à son interpellation. Menottes au poignet, le suspect a été conduit dans un véhicule de police. C'est là qu'il a fait le malaise qui lui a été fatal. Ni les pompiers, ni le Samu n'ont pu le ranimer.

Interrogé par le journal Ouest-France, le commissaire Yves Floc'h, le chef de la sûreté urbaine de Brest, a reconnu que, pour le moment, "aucun élément négatif ne peut être mis en exergue accréditant la moindre thèse que cet homme ait eu des intentions malveillantes à l'encontre d'un enfant".

Les réactions sont mitigées à la suite de cette histoire. "Il inspirait faussement la peur", a témoigné une voisine de palier au micro d'Europe 1. La maman d'une écolière se montre en revanche plus réservée : "Pour moi, il était bizarre, il courait après les enfants. Je n'étais pas tranquille. Il avait un problème psychologique", explique-t-elle.