Mort d’Agnès : "un truc clochait"

  • A
  • A
Mort d’Agnès : "un truc clochait"
@ Groupe de soutien Facebook
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Un ami d’Agnès, violée et brûlée en 2011, s’est confié au micro d’Europe 1.

Le procès de Matthieu, meurtrier présumé d'Agnès Marin, entre lundi dans sa dernière semaine. Lundi, les amis de l'adolescente de 13 ans, retrouvée violée et brûlée dans une forêt du Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire, en 2011, sont appelés à témoigner à la barre. Europe 1 a rencontré Paul, qui connaissait très bien la collégienne. Il se souvient de chaque instant qui a précédé la découverte du corps.

>> A LIRE AUSSI : La colère du père d'Agnès

"La journée a débuté par des cours dans la matinée. On rigolait avec Agnès. Elle était encore vivante, resplendissante" se rappelle Paul. "On devait revenir le soir pour l'étude. Au bout d'une demi-heure, elle n'était pas là, ça commençait à nous inquiéter. On a alors entamé nous-mêmes les recherches de notre côté", souligne Paul. Puis les premiers gendarmes sont arrivés sur les lieux.

"Elle était encore vivante, resplendissante" :

"Le soir même, Matthieu a été aperçu sortant de la forêt", raconte Paul. "Suite à cela, il s'est rendu directement dans l'internat et est allé dans la salle de douche. Je suis allé le voir et j'ai parlé avec lui. J’ai senti qu’il était mal à l'aise. Il y avait un truc qui clochait. De plus, il avait des griffures sur le visage",  précise le collégien.

"Trois versions des faits pour une simple griffure"

"Le lendemain matin, toujours pas d'Agnès. Matthieu passe devant moi. Je l'arrête. Je lui demande d'où viennent ces griffures. Il me répond : ‘je suis tombé dans une flaque devant l'accueil’ ", poursuit Paul. "C'est ce qui m'a rendu perplexe car on s'est rendu compte qu'il nous avait donné trois versions des faits pour une simple griffure sur le visage. Il y avait un problème".

Peu de temps après "Matthieu a été embarqué par les gendarmes", ajoute Paul, "et on ne l'a plus jamais revu". Mais le souvenir de son amie vit encore dans son esprit : "Agnès, c'est une tristesse qui va rester encore longtemps". Le verdict des assises de Haute-Loire est attendu vendredi.