Montrouge : l'automobiliste est morte

  • A
  • A
Montrouge : l'automobiliste est morte
@ MAXPPP
Partagez sur :

Cette jeune femme garait sa voiture près de chez elle lorsqu'elle a été prise pour cible.

L'INFO. Une automobiliste d'une vingtaine d'années a été visée par des tirs d'arme à feu tôt dimanche matin au moment de garer son véhicule dans un parking souterrain proche de son domicile de Montrouge dans les Hauts-de-Seine. Selon les éléments recueillis par Europe 1, confirmant une information du Parisien, la jeune femme est finalement décédée des suites de ses blessures lundi matin à l'hôpital. Selon les premiers éléments de l'enquête, la voiture, une Smart immatriculée à Paris et qui appartiendrait à la belle-mère de la jeune femme, a percuté le portail qui était en train de s'ouvrir puis terminé sa course en bas de la rampe d'accès contre un mur. La jeune femme, qui vit avec son mari à Montrouge, a été admise dans un hôpital parisien.

Des coups de feu entendus par les voisins. Vers 4h30, la victime, seule à bord du véhicule, rentrait d'une soirée chez des amis quand elle a été touchée par balles devant l'entrée du parking, situé au bas d'un immeuble de dix étages bordant une avenue très passante de la ville, non loin du périphérique parisien.

18.02 montrouge.gmaps

© Google maps

"J'ai été réveillée en pleine nuit par une longue détonation qui ressemblait à celle d'un pistolet automatique", a raconté Isabelle, une résidente de cet immeuble qui n'a pas souhaité donné son nom. Un autre habitant raconte avoir été tiré de son sommeil par un bruit "proche de celui d'une explosion". Selon une autre résidente, qui a elle aussi préféré rester anonyme, cela a "pétaradé" pendant un temps assez succinct. Ces trois personnes ont précisé ne pas connaître la victime. D'après Isabelle et une autre voisine, plusieurs vols ont été commis dans le parking durant ces derniers mois.

Aucune piste privilégiée. Plus d'une dizaine d'impacts de balles ont été relevés sur le véhicule et les douilles retrouvées sur place montrent qu'il s'agit d'une arme de première catégorie, a indiqué le procureur de la République de Nanterre Robert Gelli. Durant une grande partie de la journée de dimanche, des policiers scientifiques ont effectué des prélèvements, des relevés d'empreinte et pris des clichés, avant de quitter les lieux après qu'un véhicule de dépannage de la police eut emmené la Smart endommagée.

Sur le trottoir, devant l'entrée du parking, une trentaine de cercles ont été tracés à la craie pour représenter vraisemblablement les endroits où des douilles ont été retrouvées.  D'après une source proche du dossier, aucune piste n'est pour l'heure privilégiée. Selon une source proche du dossier, le mari de la victime, âgé d'une trentaine d'années, est connu des services de police pour des faits de port d'arme prohibée, escroquerie et trafic de stupéfiants mais datant de 2001-2002. Aucun lien n'a été établi entre ces "faits anciens" et l'agression de la jeune femme, d'après cette source. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle.