Miraculés après une chute de 150 mètres : "on allait tous y passer"

  • A
  • A
Miraculés après une chute de 150 mètres : "on allait tous y passer"
@ PHOTOPQR/LE TELEGRAMME
Partagez sur :

Quatre Rennais l'ont échappé belle. Leur voiture a glissé à l'approche d'une falaise avant d'être immobilisée, à Plouézec, dans les Côtes-d'Armor.

"On s'est dit que c'était la fin". Aymeric et ses trois amis on eu beaucoup de chance. Dimanche soir, alors qu'ils circulaient en voiture, près de Plouézec, dans les Côtes-d'Armor, le conducteur a perdu le contrôle de son véhicule dans un virage. La voiture a alors quitté a route, pour dévaler le début du flanc de falaise sur 150 mètres, avant d'être bloquée par la végétation, à quelques mètres de la mer et des rochers. Les passagers du véhicule s'en sont tirés avec quelques égratignures.

>> LIRE AUSSI - Miraculés après une chute de 150 mètres en voiture

"Il était trop tard, on allait trop vite". Un miracle reconnaît Aymeric qui revient sur l'accident. "Quand j'ai aperçu le virage, j'ai dit au chauffeur qu'il fallait qu'il ralentisse. Mais il était trop tard, on allait trop vite. Il y avait quelques graviers à côté, donc on a glissé", relate le jeune homme au micro d'Europe 1.

"On voit vraiment toute notre vie défiler". Ce dernier raconte ce moment où tout bascule, le véhicule et leur esprit, persuadé qu'ils ne s'en sortiront pas. "Dans notre tête, sur le moment, on s'est dit que c'était la fin, qu'on allait tous y passer. A partir de ce moment là, on a descendu 150 mètres de pente, en tonneau. Tout le monde avait une main sur le siège, une main sur le toit pour essayer de moins bouger possible. On voit vraiment toute notre vie défiler devant nous", confie-t-il.

"Le choc est vraiment terrible". Finalement, le véhicule est stoppé par un trou de végétation, à seulement quelques mètres de la mer. "Le choc est vraiment terrible. On a quand même couché deux arbres. On a fini à dix mètres de la mer. La voiture a fini sa trajectoire sur le toit encastré dans un trou. S'il n'y avait pas eu ce trou, on serait tombé à pic et on ne serait plus là à cette heure", réalise Aymeric.

Après la chute, les occupants d'un camping car, situé sur les lieux de l'accident, ont averti les secours. Les quatre jeunes ont pu remonter la pente avant l'arrivée des pompiers et gendarmes, malgré quelques blessures, et le choc provoqué par la chute.

"Une épreuve qu'on n'oubliera jamais". Pour lui, cette expérience restera gravée. Pour ne pas oublier, il entreprend même un projet avec ses trois amis, eux aussi miraculés. "C'est une épreuve qu'on n'oubliera jamais. On est vraiment des miraculés. On a eu des anges au-dessus de la tête. Ce jour là, on a vraiment eu beaucoup de chance. Une dame nous a dit de brûler trois cierges vu la chance qu'on avait eue", raconte-t-il. Et de conclure : "je pense qu'on va aller à Lourdes en brûler un".