Migrants dans un camion à Saint-Brieuc : "un miracle qu’ils soient vivants"

  • A
  • A
Partagez sur :

Patrick, un employé d'une grande marque de distribution à Ploufagran, a vu les onze migrants sortir du camion frigorifique en provenance d’Italie.

Les employés de la plateforme logistique d'une grande marque de distribution à Ploufagran, près de Saint Brieuc, sont encore stupéfaits. Onze migrants, dont quatre enfants, ont été découverts jeudi cachés dans un camion frigorifique, transportant des chocolats de Noël, en provenance d’Italie. Patrick, l’un des employés a vu les migrants sortir du véhicule. Une situation impensable pour lui.

"Ce n'est pas normal pour un enfant". C'est le chauffeur-livreur polonais de ce camion qui a prévenu la police. A son arrivée, l'homme a entendu du bruit à l'intérieur de sa remorque. Quand les forces de l'ordre ouvrent la porte de cette remorque réfrigérée, dans laquelle la température ne dépassait pas les 14 degrés, elles découvrent onze migrants : sept adultes dont une femme tenant un bébé de quelques mois, et trois enfants en bas âge. "J'ai vu surtout quatre enfants, une maman, avec un enfant en bas âge dans ses bras. Il avait moins d'un an. Les trois autres avaient entre deux et quatre ans. Ils étaient avec des gros blousons. Les enfants avaient des bonnets et une grosse couverture", se remémore Patrick, encore sous le choc, au micro d’Europe 1.

>> Écoutez l'intégralité du témoignage de Patrick :

Et d’ajouter son sentiment par rapport à la situation : "Quand je vois quatre enfants comme ça, faire des heures de route dans un camion, ce n'est pas normal pour un enfant. A 14 degrés en plus."

"C'est dur à surmonter, ça fait mal." Quand ils découvrent les enfants, l’employé ne peut s’empêcher de penser au pire. "Ça aurait pu être un drame. C'est un miracle qu'ils soient arrivés tous vivants. C'est quelque chose d'inimaginable. Ils savent d'où ils partent mais ils ne savent pas où ils arrivent. Je pense qu'ils ont été libérés de quelque chose", confie-t-il. Et de conclure : "Je ne me sens pas bien. Ce que j'ai vu, ce que j'ai vécu, c'est dur à surmonter, ça fait mal."